Effets temporels d’un compost de résidus d’aliments sur la qualité physique et la productivité du sol.

Reynolds, W.D., Drury, C.F., Tan, C.S., et Yang, X.M. (2015). « Effets temporels d’un compost de résidus d’aliments sur la qualité physique et la productivité du sol. », Canadian Journal of Soil Science, 95(3), p. 251-268. doi : 10.4141/CJSS-2014-114  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On parle beaucoup des avantages du compost pour la teneur en carbone organique du sol et la productivité des cultures dans la littérature. Cependant, peu d’études se sont attardées aux effets d'un tel amendement sur la qualité physique du sol (QPS). Les auteurs voulaient établir comment une seule addition de compost peut modifier immédiatement, à moyen terme et à long terme la QPS ainsi que le rendement d'un sol agricole. Dans cette optique, ils ont incorporé un compost de déchets alimentaires (CDA) aux dix premiers centimètres d'un loam argileux Brookston tempéré-humide à raison de 0 (témoin), de 75 (CDA-75), de 150 (CDA-150) et de 300 (CDA-300) tonnes sèches par hectare. Puis, ils ont mesuré les paramètres de la QPS et le rendement du maïs annuellement pendant onze ans. Les paramètres de la QPS examinés comprenaient les suivants : masse volumique apparente (MVA), teneur en carbone organique (CO), capacité d'aération (CA), eau disponible pour la végétation (EDV), capacité relative au champ (CRC) et conductivité hydraulique à saturation (Ks ). Ces paramètres ont été mesurés sur des carottes de sol intactes (sans perturbation). Avant l'addition du compost, les paramètres MVA, CO, CA, EDV, CRC et Ks étaient sensiblement inférieurs à leur valeur optimale, et la MVA avait augmenté de 46 % comparativement au sol naturel, alors que le CO, la CA et l'EDV avaient respectivement baissé de 60 %, de 56 % et de 43 %, par rapport au sol vierge. Un an après l'addition du compost, l'amélioration de la QPS demeurait négligeable ou minime pour les traitements CDA-75 et CDA-150, mais le traitement CDA-300 avait restitué leur valeur optimale aux paramètres MVA, CO, CA, EDV et CRC. Les paramètres de la QPS se détériorent avec le temps, mais onze années après l'addition du compost, les paramètres CO et CA demeuraient toujours dans la plage optimale pour le traitement CDA-300 et dépassaient significativement (P < 0,05) les valeurs de la parcelle témoin, soit de 65 % et de 26 %, respectivement. Apparemment, les fissures et les biopores du sol entraînent une forte variation annuelle de Ks , bien que la valeur moyenne de ce paramètre augmente avec la quantité de compost ajoutée. Le rendement du maïs-grain varie sensiblement d'une année à l'autre, situation sans doute attribuable aux conditions météorologiques et au compost. Toutefois, le rendement cumulatif de onze ans des parcelles amendées avec le compost dépassait celui de la parcelle témoin de 2200 à 6500 kg par hectare.

Date de modification :