Technological, environmental and biological factors: Referent variance values for infrared imaging of the bovine.

Montanholi, Y.R., Lim, M.-H., Macdonald, A., Smith, B.A., Goldhawk, C., Schwartzkopf-Genswein, K.S.G., et Miller, S.P. (2015). « Technological, environmental and biological factors: Referent variance values for infrared imaging of the bovine. », Journal of Animal Science and Biotechnology, 6(1: Article number 27). doi : 10.1186/s40104-015-0027-y  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Contexte. Malgré la diversité des applications possibles de la technologie à infrarouge, sa mise en œuvre répandue dans l’élevage des bovins se heurte à des défis techniques, environnementaux et biologiques comparables aux autres indicateurs de l’état métabolique. Nous avons réalisé neuf études, divisées en trois classes (facteurs technologiques, environnementaux et biologiques), pour illustrer l’influence de ces facteurs sur la température de la surface corporelle évaluée par imagerie en infrarouge. Résultats : L’évaluation des facteurs technologiques a montré ce qui suit : les mesures de la température corporelle se sont révélées très reproductibles lorsqu’elles étaient prises en 10 s; l’efficacité des différentes technologies de caméra infrarouge a été influencée par la distance de la cible; et les résultats étaient uniformes lorsque l’analyse des thermographes a été comparée entre les juges. L’évaluation des facteurs environnementaux a montré que le vent et les débris ont entraîné des baisses de la température de la surface corporelle sans modifier le métabolisme; de plus, la température de la surface corporelle a augmenté à cause du soleil, pour revenir aux valeurs de départ après quelques minutes d’exposition à l’ombre. L’examen, l’étude et l’exploration des facteurs animaux ont démontré que l’exercice augmentait la température de la surface corporelle et accélérait le métabolisme. L’administration d’un sédatif et d’un anti‑sédatif a modifié la température de la surface corporelle ainsi que le métabolisme et, en fin de gestation, une image thermique du fœtus était visible à travers les images infrarouges de la région abdominale. Conclusion. Les facteurs ci‑dessus doivent être pris en considération pour que les procédures opérationnelles sur la prise d’images thermographiques soient normalisées et que l’utilisation de cette technologie soit optimisée dans les exploitations bovines.

Date de modification :