Identification and detection of fusarium striatum as a new record of pathogen to greenhouse tomato in Northeastern America.

Moine, L.M., Labbé, C., Louis-Seize, G.W., Seifert, K.A., et Bélanger, R.R. (2014). « Identification and detection of fusarium striatum as a new record of pathogen to greenhouse tomato in Northeastern America. », Plant Disease, 98(3), p. 292-298. doi : 10.1094/PDIS-08-13-0844-RE  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Une nouvelle maladie a récemment été signalée chez des plants de tomate cultivés en serre au Québec, au Canada, et dans le Maine, aux États-Unis. Chez les plants qui présentaient des symptômes, des lésions brunes sont apparues au niveau du point de greffe et des points d’élagage, puis ont évolué en chancres grandissants à marges bien définies. Les plantes atteintes se sont flétries et sont mortes quelques semaines après l’apparition des premiers symptômes. Les symptômes de la nouvelle maladie rappellent ceux causés par le Fusarium oxysporum f. sp. radicis-lycopersici, mais une altération de la couleur est observée au niveau de la moelle plutôt qu’au niveau des tissus vasculaires. Un champignon homothallique appartenant au genre Fusarium a été trouvé dans toutes les lésions. D’après le séquençage de l’espaceur transcrit interne et les séquences partielles des gènes codant le facteur 1-α d’élongation de la traduction, ce champignon est le F. striatum. Dans le cadre de tests de pathogénécité, les plants de tomate auxquels on a inoculé des isolats du F. striatum provenant des tissus touchés par la maladie ont présenté des symptômes semblables à ceux observés chez les plants cultivés en serre. Nous avons mis au point un test fondé sur la PCR qui permet la détection spécifique du F. striatum à partir de mycélium, de tissus touchés par la maladie et de tissus exempts de la maladie. Nos résultats établissent pour la première fois que le F. striatum est l’agent responsable d’une pourriture du collet et des tiges qui touche les cultures de tomate en Amérique du Nord. En outre, le F. striatum a été trouvé dans tous les échantillons de tissus prélevés chez les plants provenant de la pépinière où s’approvisionnent les deux producteurs, ce qui donne à penser que les plants à transplanter pourraient être la source d’inoculum.

Date de modification :