Seed germination response to temperature for a range of international populations of Conyza canadensis.

Tozzi, E., Beckie, H.J., Weiss, R.M., González-Andújar, J.L., Storkey, J., Cici, S.Z.H., et Van Acker, R.C. (2014). « Seed germination response to temperature for a range of international populations of Conyza canadensis. », Weed Research, 54(2), p. 178-185. doi : 10.1111/wre.12065  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le Conyza canadensis est une annuelle d’hiver facultative des milieux rudéraux dont les graines germent en surface. Son recrutement est très sensible aux changements touchant les conditions des microsites. Une caractéristique d’adaptation clé pour une annuelle d’hiver facultative comme le C. canadensis est la réaction de la germination à la température. La présente étude visait à déterminer les effets de la température sur la germination de graines de C. canadensis provenant de régions du monde présentant des conditions climatiques différentes et, ce faisant, à mieux comprendre le rôle joué par la biologie de la germination des graines dans la capacité d’adaptation et d’enherbement des mauvaises herbes annuelles d’hiver facultatives. Les graines étaient issues de populations de Málaga, en Espagne, de Hertfordshire, au Royaume-Uni, de Shiraz, en Iran, et du sud de l’Ontario, au Canada. Elles ont été semées dans des conditions semblables et contrôlées aux fins de production des graines nécessaires à l’étude. Les graines obtenues ont été exposées à des températures variant de 6,5 à 20 °C par intervalles de 1,5 °C au moyen d’une plaque à gradient thermique. Les germinations quotidiennes cumulatives ont été dénombrées pendant 30 jours. D’après les résultats, la température et le lieu d’origine avaient un effet important sur la réaction germinative. Les plages estimatives de température de germination de base variaient de façon notable d’une population à l’autre [Ontario (8–9,5 °C), Iran (9,5–11 °C), Espagne (12,5–14 °C), Royaume-Uni (11–12,5 °C)], tout comme les degrés-jours de croissance accumulés (d °C) nécessaires à l’atteinte du seuil de germination de 50 %. Dans le cas de trois populations sur quatre, les valeurs de la plage estimative de température de germination de base étaient inférieures aux valeurs mentionnées dans la littérature scientifique. Ces différences sont sans doute dues à des adaptations évolutives rapides aux conditions climatiques locales et montrent que le C. canadensis peut devenir problématique comme espèce indigène envahissante.

Date de modification :