Sex ratio variations with temperature in an egg parasitoid: Behavioural adjustment and physiological constraint.

Moiroux, J., Brodeur, J., et Boivin, G. (2014). « Sex ratio variations with temperature in an egg parasitoid: Behavioural adjustment and physiological constraint. », Animal Behavior, 91, p. 61-66. doi : 10.1016/j.anbehav.2014.02.021  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’allocation des sexes chez les arthropodes haplodiploïdes est une décision cruciale en matière de valeur adaptative qui été largement étudiée chez les insectes parasitoïdes. Toutefois, l’effet de la température sur la stratégie reproductive des parasitoïdes femelles a rarement été étudié, en dépit des preuves de l’incidence de ce facteur sur d’autres caractères associés à la valeur adaptative. Nous avons exploré les mécanismes responsables de la production accrue de mâles généralement observée chez les guêpes parasitoïdes en présence de températures basses et élevées, en envisageant la possibilité que cette tendance résulte à la fois d’un ajustement comportemental et de contraintes physiologiques. En observant la séquence de ponte chez le parasitoïde des œufs Trichogramma euproctidis, nous avons été en mesure d’établir une distinction entre le sex-ratio « choisi » par la femelle et le sex-ratio secondaire et, dès lors, de discriminer entre un changement de comportement et une contrainte physiologique sur la fécondation des œufs. Un plus grand nombre de mâles ont émergé des œufs pondus sous une température basse (+ 45 %) ou élevée (+ 80 %) que des œufs pondus sous une température moyenne, mais les mécanismes sous jacents différaient dans les deux cas. Nous avons noté un changement comportemental dans l’allocation des sexes en présence d’une température élevée, ce qui donne à croire que la ponte d’œufs produisant des mâles pourrait être avantageuse lorsque les températures sont élevées. En présence de basses températures, le sex-ratio « choisi » par les femelles était similaire au sex ratio observé en présence d’une température moyenne, mais des contraintes physiologiques ont empêché la fécondation des œufs au moment de la ponte et fait en sorte que plus de mâles ont émergé des œufs qui auraient dû donner des femelles. À notre connaissance, ces observations constituent la première preuve expérimentale démontrant que la température module à la fois l’allocation des sexes et les contraintes physiologiques limitant la fécondation des œufs chez les parasitoïdes.

Date de modification :