Characterization of intergeneric hybrid between common wheat and aegilops sharonensis (Eig) and transfer of alien high molecular weight glutenin subunits into wheat.

Zhao, Q.-Z., Jiang, Q.-T., Yang, Q., Ma, J., Wang, J.-R., Chen, G-Y., Liu, Y.-X., Lu, Z.-X., Wei, Y.-M., et Zheng, Y.-L. (2014). « Characterization of intergeneric hybrid between common wheat and aegilops sharonensis (Eig) and transfer of alien high molecular weight glutenin subunits into wheat. », Cereal Research Communications, 42(4), p. 640-647. doi : 10.1556/CRC.2014.0001  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’Aegilops sharonensis (égilope de Sharon) est une source précieuse de nouvelles sous-unités à masse moléculaire élevée de la gluténine et de résistance à la rouille du blé, à l’oïdium et aux insectes ravageurs. Dans le cadre de la présente étude, nous avons croisé l’Ae. sharonensis (parent pollinisateur) avec le blé commun et avons obtenu des produits de rétrocroisement. Nous avons vérifié les hybrides intergénériques F1 en nous fondant sur des observations morphologiques et sur des analyses cytologiques et moléculaires. Les phénotypes des plantes hybrides étaient intermédiaires entre les phénotypes de l’Ae. sharonensis et du blé commun. L’observation de mitoses dans les cellules de l’apex des racines et de méioses dans les cellules mères du pollen a révélé que les hybrides F1 possédaient 28 chromosomes. L’appariement des chromosomes à la métaphase I des cellules mères du pollen était faible chez les hybrides F1, et la configuration méiotique était de 25,94 I + 1,03 II (bâtonnet). Deux paires d’amorces ont été sélectionnées parmi 150 marqueurs SSR (simple sequence repeat), et l’amorce WMC634 a servi à détecter la présence du génome de l’Ae. sharonensis. Les résultats du séquençage ont montré que les hybrides F1 contenaient le génome Ssh de l’Ae. sharonensis. Le profil obtenu par électrophorèse sur un gel de dodécylsulfate de sodium et de polyacrylamide a indiqué que les sous-unités étrangères à masse moléculaire élevée de la gluténine de l’Ae. sharonensis étaient transférées à la F1 et aux produits de rétrocroisement. Les nouveaux dérivés blé-Ae. sharonensis que nous avons produits pourront se révéler utiles pour l’accroissement de la résistance à diverses maladies du blé et l’amélioration de la qualité du blé panifiable.

Date de modification :