Static chamber measurements of ammonia volatilization from manured soils: Impact of deployment duration and manure characteristics.

Miola, E.C.C., Aita, C., Rochette, P., Chantigny, M.H., Angers, D.A., Bertrand, N., et Gasser, M.-O. (2015). « Static chamber measurements of ammonia volatilization from manured soils: Impact of deployment duration and manure characteristics. », Soil Science Society of America Journal, 79(1), p. 305-313. doi : 10.2136/sssaj2014.07.0305  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les enceintes statiques (ES) représentent une option simple et peu coûteuse pour mesurer la volatilisation du NH3 des terres agricoles. On ne sait toutefois pas comment les estimations qu’on en tire se mesurent à celles obtenues par des méthodes plus élaborées. Dans cette étude, nous avons comparé des ES et des tunnels aérodynamiques (TA) pour la mesure au champ de la volatilisation du NH3 durant 22 jours après l’application de sept différents fumiers de volaille solides sur une terre agricole nue. Notre objectif était de déterminer l’effet de la durée du déploiement des ES et les caractéristiques du fumier sur l’estimation des émissions. Les pertes totales en NH3 mesurées à l’aide des ES étaient en moyenne 23 % moins élevées que celles mesurées à l’aide des TA. Ce biais a varié avec la durée du déploiement, alors que le rapport d’émissions ES/TA a augmenté, passant de 0,2 immédiatement après le déploiement pour atteindre un plateau de 1,6 après 8 jours. La performance des ES a aussi été influencée par le type de fumier, le rapport ES/TA s’échelonnant entre 0,40 et 1,30 après 22 jours. Dans l’ensemble, nous avons constaté que (i) peu de temps après le déploiement, l’absence de circulation d’air à l’intérieur des ES a mené à une sous­estimation de la volatilisation du NH3 à la surface du sol (≈ 80 %) par rapport aux valeurs obtenues avec les TA; (ii) ce biais initial ne semble pas dépendre de l’intensité de la source de NH3; (iii) la sous-estimation a diminué avec l’augmentation de la durée du déploiement et (iv) le biais cumulatif après 22 jours est touché par la transformation modifiée du N organique du fumier à l’intérieur des ES. Nous avons conclu que les ES donnaient des estimations absolues biaisées des taux de volatilisation du NH3 dans la plupart des situations. De plus, l’utilisation des ES pour comparer le potentiel relatif d’émission entre divers fumiers solides appliqués en surface est limitée à des périodes durant lesquelles la transformation du N du fumier n’est pas touchée par leur déploiement.

Date de modification :