Le saule (Salix spp.), source de pollen et de nectar pour les insectes qui fécondent les espèces fruitières.

Ostaff, D.P., Mosseler, A., Johns, R.C., Javorek, S.K., Klymko, J., et Ascher, J.S. (2015). « Le saule (Salix spp.), source de pollen et de nectar pour les insectes qui fécondent les espèces fruitières. », Canadian Journal of Plant Science, 95(3), p. 505-516. doi : 10.4141/CJPS-2014-339  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le saule (Salix spp.) pousse partout dans l'hémisphère nord. Il constitue donc une importante source de pollen et de nectar pour les insectes pollinisateurs et concourt à l'amélioration des cultures fécondées par les insectes, notamment celles qui produisent des fruits. Les auteurs ont recouru à une parcelle expérimentale aménagée en jardin réunissant sept espèces de saule indigènes à l'Amérique du Nord pour évaluer l'attrait des chatons de fleurs mâles et femelles pour Andrena spp. (Apoidea : Anthophila), d'autres abeilles sauvages (toutes indigènes) et des mouches à fleurs (Syrphidae) en fonction du nombre de visites recensées. Dans les provinces maritimes du Canada, la plupart des saules fleurissent très tôt au printemps, lorsque les insectes sauvages pollinisateurs commencent à s'activer au sortir de l'hiver. Leur floraison prend fin à la mi-mai. Un groupe plus tardif commence habituellement à fleurir à la mi-mai et la floraison se poursuit jusqu'au milieu de juin. Les espèces pollinisatrices sont très opportunistes et visitent toutes les fleurs de saule disponibles lorsqu'elles butinent, mais Andrena dunningi semble privilégier celles de S. nigra et de S. interior. En règle générale, les insectes préfèrent les chatons de fleurs mâles, puisque 72 % des Andrena spp. et 82 % des mouches à fleurs en recueillent le pollen et le nectar. Le pollen constitue le gros des réserves du nid pour la plupart des abeilles solitaires et est la principale source de protéines servant au développement des tissus reproducteurs chez la plupart des mouches à fleurs. La majorité des andrénides et des mouches à fleurs ont été capturées entre avril et juin, soit durant la période de floraison de six des sept espèces de saule étudiées, signe que ces dernières pourraient servir à soutenir la population d'insectes pollinisateurs avant la floraison des cultures d'importance commerciale dont les fleurs doivent être fécondées, tels le bleuet nain, la canneberge et la pomme.

Date de modification :