Plant vigor metrics determine spatio-temporal distribution dynamics of Oulema melanopus (Coleoptera: Chrysomelidae) and its larval parasitoid, Tetrastichus julis (Hymenoptera: Eulophidae).

Kher, S.V., Dosdall, L.M., et Cárcamo, H.A. (2015). « Plant vigor metrics determine spatio-temporal distribution dynamics of Oulema melanopus (Coleoptera: Chrysomelidae) and its larval parasitoid, Tetrastichus julis (Hymenoptera: Eulophidae). », Environmental Entomology, 43(5), p. 1295-1308. doi : 10.1603/EN14066  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le criocère des céréales (Oulema melanopus (L.)) (Coleoptera: Chrysomelidae) est un nouvel insecte envahissant ravageur de l’avoine, du blé et de l’orge dans l’Ouest canadien. La principale stratégie de lutte contre ce ravageur repose sur l’utilisation de son principal parasitoïde larvaire, le Tetrastichus julis Walker (Hymenoptera: Eulophidae). Toutefois, pour appliquer cette stratégie avec succès, il est essentiel de bien comprendre la dynamique spatio-temporelle des interactions entre les deux espèces. Dans le cadre de cette étude, nous avons fait appel à une méthode d’analyse spatiale (Spatial Analysis by Distance Indices ou SADIE) pour examiner la nature des associations spatiales entre l’O. melanopus et le T. julis et la dynamique de la répartition des deux espèces en fonction des teneurs en éléments nutritifs et de la vigueur des plantes hôtes. Nous avons utilisé une méthode d’échantillonnage par quadrillage pour élucider les associations spatiales entre l’O. melanopus et le T. julis. Les deux espèces étaient réparties en agrégats distincts séparés les uns des autres par des vides. Les teneurs en éléments nutritifs et la vigueur des plantes hôtes ont varié à l’échelle de la grille d’échantillonnage durant toutes les années de l’étude. La répartition spatiale du T. julis était étroitement liée à celle de l’O. melanopus. Cette caractéristique indique que la dispersion du parasitoïde était intimement liée à la densité des effectifs du ravageur. Parmi les facteurs examinés, les différentes caractéristiques liées à la vigueur des plantes ont eu un impact important sur la répartition au champ de l’O. melanopus et du T. julis. À l’échelle de la grille d’échantillonnage, les zones caractérisées par une forte densité de plantes hôtes, la présence de plantes de plus grande taille et une forte disponibilité de feuilles abritaient les plus fortes concentrations larvaires du ravageur et exerçaient donc un effet ascendant sur la répartition du parasitoïde. Le maintien d’une vigueur uniforme au sein des cultures peut jouer un rôle critique dans la réduction des pertes de rendement causées par les infestations par l’O. melanopus.

Date de modification :