Evaluation of seed persistence in cow cockle.

Duddu, H.S., Johnson, E.N., Blackshaw, R.E., et Shirtliffe, S.J. (2015). « Evaluation of seed persistence in cow cockle. », Crop Science, 55(2), p. 899-909. doi : 10.2135/cropsci2014.04.0334  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La saponaire des vaches [Vaccaria hispanica (P. Mill.) Rauschert] est une mauvaise herbe annuelle d’été introduite en Amérique du Nord dont le potentiel comme plante cultivée a été évalué pour les Prairies canadiennes. La persistance des graines contribue à l’apparition de ressemis spontanés dans les cultures subséquentes; une telle persistance ne serait pas souhaitable pour la culture de la saponaire des vaches. Afin de déterminer si les graines de saponaire des vaches sont persistantes et forment un réservoir de semences, nous avons réalisé deux expériences comparatives (sur le terrain et en laboratoire) de 2008 à 2011. Sur le terrain, nous avons mesuré le recrutement de semis et le réservoir de semences résiduel pour une population de saponaire des vaches cultivée et une population non cultivée, avec travail du sol au printemps et sans travail du sol. En laboratoire, les graines de 15 populations ont été vieillies rapidement à une température et à une humidité relative élevées (45 °C et 60 % HR). La longévité relative des graines a été déterminée en fonction nombre de jours de vieillissement nécessaires pour que la viabilité chute à 50 % (p50). Sur le terrain, la population non cultivée présentait un taux d’émergence de semis plus élevé et un réservoir de semences résiduel plus important dans la plupart des localités. Les populations ne présentaient pas de différences quant à la taille du réservoir de semences en régime de travail du sol au printemps, tandis que le réservoir de semences de la population non cultivée était plus important en régime sans travail du sol. En laboratoire, des différences considérables ont été observées entre les populations pour ce qui est de la longévité des graines. Bien que la persistance des graines ait été moindre chez la population cultivée que chez la population non cultivée, les expériences menées sur le terrain et en laboratoire ont semblé indiquer qu’une quantité considérable de graines de la population cultivée persistaient dans le sol, même après trois ans, ce qui pourrait être préoccupant pour la culture de la saponaire des vaches au Canada.

Date de modification :