Organic orchard soil management practices affect soil biology and organic matter.

Forge, T.A., Neilsen, G.H., Neilsen, D., O'Gorman, D.T., Hogue, E.J., et Angers, D.A. (2015). « Organic orchard soil management practices affect soil biology and organic matter. », Acta Horticulturae (ISHS), 1076, p. 77-84.

Résumé

Les pratiques de production biologique peuvent avoir des effets différents sur la biologie du sol. Nous avons examiné les effets de quatre stratégies de gestion de la végétation entre les arbres et de la fertilité du sol sur les propriétés biologiques du sol dans des vergers de pommiers biologiques. Le verger expérimental comprenait le cv. 'Ambrosia' sur des porte-greffes B.9 plantés au printemps 2006 avec un espacement de 4 m x 1 m. Il y avait 6 parcelles de répétitions comprenant chacune 10 arbres pour chacun des quatre traitements suivants appliqués à la rangée d’arbres de 1,8 m de largeur : 1) 'compost/travail du sol' - compost appliqué chaque printemps et travail superficiel du sol pour lutter contre les mauvaises herbes; 2) 'paillis de luzerne' – de la luzerne cultivée dans l’espace entre les parcelles a été tondue et transférée dans les rangées d’arbres; 3) 'paillis d’écorce' – le compost appliqué la première année a été recouvert de paillis de copeaux de bois, puis fertilisé avec de l’engrais biologique liquide à base de poisson; 4) 'paillis de plastique' - le compost appliqué la première année a été recouvert d’une toile de paillage, puis fertilisé comme dans le traitement 3. Des échantillons de sol prélevés en octobre 2007, 2009 et 2011 ont été analysés en fonction de la biomasse microbienne, de l’activité des phosphatases, des nématodes du sol, de la croissance des racines et de l’infection des radicelles par des nématodes radicicoles (Pratylenchus penetrans) et des mycorhizes. L’évaluation des mycorhizes a été réalisée par PCR des radicelles avec des amorces de mycorhizes, clonage et séquençage. Les paillis d’écorce et de luzerne sont ceux avec lesquels les paramètres suivants étaient les plus élevés : biomasses microbiennes, activité des phosphatases et populations de nématodes du sol. Les indices de la structure des communautés de nématodes reflétant la diversité fonctionnelle du réseau trophique du sol et l’importance des voies de décomposition fongiques étaient plus élevés avec le paillis d’écorce qu’avec les autres traitements. La biomasse des racines de pommiers a augmenté avec les paillis d’écorce et de plastique comparativement à celle observée avec le traitement de compost/travail du sol et le paillis de luzerne. Il n’y a pas eu d’effet significatif sur l’infection des racines par les nématodes radicicoles ou les mycorhizes.

Date de modification :