Les effets de l’espèce de fourrage de l’ensilage sur la performance de croissance, la qualitéde carcasse et de viande et la composition ené léments nutritifs chez les bovins d’un an dans un système de production de boeufàbase de fourrage.

Berthiaume, R., Lafrenière, C., Girard, C.L., Campbell, C.P., Pivotto, L.M., et Mandell, I.B. (2015). « Les effets de l’espèce de fourrage de l’ensilage sur la performance de croissance, la qualitéde carcasse et de viande et la composition ené léments nutritifs chez les bovins d’un an dans un système de production de boeufàbase de fourrage. », Canadian Journal of Animal Science, 95(2), p. 173-187. doi : 10.4141/CJAS-2014-107  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Quarante veaux de boucherie croisés sevrés (majoritairement Angus et Simmental) ont été finis aux fourrages avec diètes exclusivement d'ensilage (trèfle des prés-phléole des prés contre fétuque élevée) pour examiner les effets de l'espèce de fourrage sur la performance de croissance, les caractéristiques de carcasse, la qualité de viande et la composition des éléments nutritifs. Les veaux sevrés (257 jours d’âge) ont été finis au fourrage au moyen d'ensilage de trèfle des prés-phléole des prés ou de fétuque élevée puis abattus à l’âge d'un an approximativement. Pendant le traitement de la carcasse, un côté de chaque carcasse a été couvert d'une doublure en poly pour déterminer si des taux réduits de refroidissement peuvent compenser le recouvrement réduit en gras attendu après l'alimentation réduite en énergie et un temps limité sur la nourriture solide. Des steaks des muscles Longissimus thoracis, semimembranosus, et semitendinosus ont été vieillis de 10, 14, et 21 jours pour examiner les effets sur les valeurs de force de cisaillement Warner Bratzler tandis que la composition en acides gras et en vitamine B12 a été déterminée sur les steaks vieillis de 10 jours. Les gains moyens quotidiens, l'efficience alimentaire, les poids de carcasse à chaud et l'aire du muscle longissimus étaient plus élevés (P<0,03) lorsque les bovins ont été nourris à l'ensilage de trèfle des prés-phléole des prés par rapport à celui de la fétuque élevée, probablement imputable au plus fort contenu en protéines de ce premier. Les forces de cisaillement étaient plus élevées (P<0,002) dans les steaks provenant des bovins nourris à l'ensilage de fétuque élevée par rapport à l'ensilage de trèfle des prés-phléole des prés. Par rapport aux steaks vieillis de 10 jours, 14 jours de vieillissement ont été nécessaires pour réduire (P<0,001) les forces de cisaillement des steaks de longissimus tandis que 21 jours de vieillissement ont été nécessaires pour réduire (P<0,001) les forces de cisaillement des steaks de muscles semitendinosus. L'utilisation de la doublure en poly a réduit (P=0,0001) le taux de baisse de température à certains sites sur la carcasse, mais n'a pas eu d'effet sur les valeurs de forces de cisaillement. Le% d'acides gras n-3 et le ratio d'acides gras polyinsaturés (PUFA – « polyunsaturated fatty acids »)/acides gras saturés (SFA – « saturated fatty acids ») étaient plus élevés (P<0,04) dans les muscles longissimus chez les bovins nourris à l'ensilage de trèfle des prés-phléole des prés par rapport à l'ensilage de fétuque élevée. L'alimentation à l'ensilage de trèfle des prés-phléole des prés a amélioré la performance de croissance, les caractéristiques de carcasse, les forces de cisaillement et la composition en acides gras par rapport à l'alimentation à l'ensilage de fétuque élevée.

Date de modification :