Characterization of Phytophthora infestans populations in Canada during 2012.

Alkher, H.A., Islam, M.R., Wijekoon, C.P., Wijekoon, C.P., Kalischuk, M.L., Kawchuk, L.M., Peters, R.D., Al-Mughrabi, K.I., Conn, K.L., Dobinson, K.F., Waterer, D.R., et Daayf, F. (2015). « Characterization of Phytophthora infestans populations in Canada during 2012. », Canadian Journal of Plant Pathology, 37(3), p. 305-314. doi : 10.1080/07060661.2015.1053987  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’agent pathogène causant le mildiou (Phytophthora infestans) continue de causer des dommages importants aux cultures de pommes de terre et de tomates au Canada et partout dans le monde. Au cours des dernières années, au Canada, nous avons observé une augmentation de la diversité et des changements spectaculaires de populations chez P. infestans. En 2011, une étude canadienne a permis d’identifier différents génotypes de P. infestans, y compris les nouveaux génotypes US-22, US-23 et US-24 qui prédominaient dans différentes provinces. En 2012, une analyse d’échantillons collectés sur des plants infectés de pomme de terre et de tomate provenant de diverses régions du Canada a indiqué, au cours d’une seule année, un changement rapide dans les populations de P. infestans, et ce, dans la plupart des provinces. Par exemple, à l’Île-du-Prince-Édouard, le génotype US-8, qui avait pendant longtemps dominé les populations de ce pathogène, a été détrôné par le génotype US-23, phénomène semblable à celui qui s’était produit dans l’Ouest canadien quelques années auparavant. Toutefois, en Colombie-Britannique, le génotype US-11 et le nouveau génotype CA-12 dominaient, tandis qu’en Ontario, les isolats testés correspondaient au génotype US-22. Des preuves relatives à la recombinaison ont été décelées et, parmi les isolats de certaines populations, une insensibilité accrue au méfénoxam s’est avérée de plus en plus évidente. La libre ségrégation du Gpi, du type sexuel ou du locus RG57 s’est produite chez plusieurs isolats recombinants, ce qui a entraîné une augmentation de la diversité des populations de P. infestans. Les changements inattendus dans la composition des génotypes de P. infestans plaident en faveur du besoin d’une surveillance soutenue de cet agent pathogène.

Date de modification :