Occurrence and genetic diversity of new populations of Halyomorpha halys in Europe.

Gariepy, T.D., Bruin, A.J., Haye, T., Milonas, P., et Vétek, G. (2015). « Occurrence and genetic diversity of new populations of Halyomorpha halys in Europe. », Journal of Pest Science, 88(3), p. 451-460. doi : 10.1007/s10340-015-0672-0  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Originaire de l’Asie de l’Est, la punaise marbrée Halyomorpha halys s’est établie en Amérique du Nord et en Europe et y est devenue un ravageur urbain et agricole. Les premières populations observées en Europe semblaient confinées à la Suisse, mais le H. halys a depuis étendu son aire de répartition jusqu’à des régions de la France, de la Grèce, de la Hongrie et de l’Italie. Nous avons analysé une partie du gène mitochondrial de la COI pour évaluer la diversité génétique de ces populations et examiner le déplacement et la dissémination de plusieurs haplotypes de la COI de ce ravageur en Europe. La présence d’un total de neuf haplotypes est maintenant confirmée en Europe. Quatre de ces haplotypes n’avaient jamais été signalés ailleurs auparavant, et un n’avait pas été signalé auparavant en Europe mais était connu de la Corée. La population grecque de l’H. halys était la plus diversifiée, 7 des 9 haplotypes étant présents dans la zone de collecte. L’haplotype H1, répertorié en Amérique du Nord, en Italie et en Chine, a également été décelé dans des échantillons prélevés en France, en Grèce, en Hongrie et en Suisse. De fait, il était l’haplotype dominant à Budapest, en Hongrie, et il a été décelé fréquemment dans les échantillons prélevés à Athènes, en Grèce. Les profils de diversité des haplotypes indiquent que des populations envahissantes prospères ont atteint l’Europe pour y produire des invasions secondaires (« effet de tête de pont ») et que des invasions multiples se sont produites depuis l’Asie. Nous examinons divers scénarios relatifs au déplacement et à la dissémination d’haplotypes particuliers en Europe.

Date de modification :