Sweet pearl millet and sweet sorghum have high nitrogen uptake efficiency under cool and wet climate.

Thivierge, M.-N., Chantigny, M.H., Seguin, P., et Vanasse, A. (2015). « Sweet pearl millet and sweet sorghum have high nitrogen uptake efficiency under cool and wet climate. », Nutrient Cycling in Agroecosystems, 102(2), p. 195-208. doi : 10.1007/s10705-015-9689-2  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’efficacité d’utilisation de l’azote est un facteur clé qui influe sur la durabilité économique et environnementale des exploitations agricoles. Ce facteur renvoie à la capacité des plantes cultivées de récupérer dans leur biomasse aérienne l’engrais azoté appliqué. Cette capacité est appelée efficacité du prélèvement d’engrais azoté (en anglais, fertilizer N uptake efficiency, ou NupE). Le millet perlé sucré [Pennisetum glaucum (L.) R.BR.] et le sorgho à sucre [Sorghum bicolor (L.) Moench] sont des plantes cultivées annuelles de type C4 reconnues pour leur capacité de produire un rendement élevé en conditions de faible apport de N, ce qui laisse supposer une valeur NupE élevée. Une étude au champ a été réalisée durant deux ans dans des loams sableux de l’est du Canada. Nous avons déterminé la valeur NupE au moyen d’une méthode de suivi de l’isotope 15N. Des comparaisons ont été établies pour les deux espèces végétales pour ce qui est de leur réaction à (1) l’augmentation du taux de N minéral (0–160 kg N ha-1), (2) l’utilisation de N minéral ou de N organique (lisier de porc et fumiers de bovins laitiers), et (3) l’application unique ou l’application fractionnée de N. Dans le cas des traitements avec application de N minéral, la valeur NupE se situait entre 54 et 82 %, ce qui est supérieur aux valeurs généralement obtenues pour les plantes cultivées classiques, comme le maïs. De plus, la NupE augmentait avec le taux de N. Ces résultats indiquent une consommation de luxe de N chez les deux espèces. La valeur NupE était plus faible pour le N organique que pour le N minéral; une plus grande proportion de N est demeurée dans le sol, ce qui porte à croire qu’il y a eu immobilisation de N. Les pertes présumées (15N non récupéré) étaient < 24 kg N ha-1 pour tous les traitements au N minéral et pour la plupart des traitements au N organique. Le fractionnement des applications de N a eu peu d’effet sur la valeur NupE. Nos résultats confirment que le millet perlé sucré et le sorgho à sucre présentent une grande efficacité de récupération de l’engrais azoté et peuvent représenter un faible risque environnemental avec la mise en place de mesures adéquates de gestion des résidus.

Date de modification :