Incidence de la tonte et de la largeur des bandes d’herbe tampon sur la diminution des sédiments, des oligoéléments et des bactéries dans le ruissellement de surface.

Miller, J.J., Curtis, T.W., Chanasyk, D.S., et Reedyk, S. (2015). « Incidence de la tonte et de la largeur des bandes d’herbe tampon sur la diminution des sédiments, des oligoéléments et des bactéries dans le ruissellement de surface. », Canadian Journal of Soil Science, 95(2), p. 139-151. doi : 10.4141/CJSS-2014-082  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On ne s'est guère intéressé aux conséquences de la tonte et de la largeur de la zone tampon sur l'efficacité des étroites bandes (<10 m) de graminées indigènes qui filtrent les sédiments, les oligoéléments et les bactéries. Pendant deux ans (2011-2012), les auteurs ont réalisé une étude sur des parcours indigènes du sud de l'Alberta. À cette fin, ils ont évalué la tonte et la largeur de la bande tampon (1,5, 3 et 6 m) dans le cadre d'un essai en blocs aléatoires complets à quatre répétitions. Les parcelles ont d'abord été humidifiées avec de l'eau distillée, puis on a versé sur elles une solution enrichie grâce à un dispositif de distribution par application directe. Ensuite, les auteurs ont prélevé des échantillons aux dix minutes pendant trente minutes dès que l'eau a commencé à ruisseler de la parcelle. Les chercheurs ont mesuré le volume du ruissellement ainsi que la baisse en pour cent de la concentration et de la masse des sédiments (solides dissous totaux), et de la concentration de phosphore (P réactif dissous, P total), d'azote (N total) et de bactéries (E. coli, coliformes totaux) dans l'eau de ruissellement. Les résultats n'appuient pas l'hypothèse de départ que la baisse en pour cent de la concentration et de la masse de sédiments, d'oligoéléments et de bactéries est plus grande sur les bandes tampon tondues que sur celles qui ne l’étaient pas. En revanche, les résultats confirment l'hypothèse qu'une bande tampon plus large réduirait de manière significative (P≤0,05) la masse (mais pas la concentration) de sédiments, d'oligoéléments et de bactéries dans le ruissellement. On attribue la diminution significative de la masse à un ratio plus faible du ruissellement résultant du temps de séjour plus long et de la plus grande infiltration de l'eau dans les zones tampon plus larges. La réduction de la masse dans les bandes des trois largeurs variait de 29 à 92% pour les solides dissous totaux, de 22 à 93% pour le P réactif dissous, de 38 à 93% pour le P total, de 23 à 92% pour le N total, et entre 61 et 94% pour E. coli et les coliformes totaux. Ces constatations laissent croire que la largeur des bandes tampon mais pas leur tonte pourrait diminuer le volume du ruissellement et rehausser la qualité de l'eau de ruissellement à court terme.

Date de modification :