Écoulement de l’eau non saturée à mi-hauteur et au bas de la Pente d’un relief inclinédans la zone des sols Brun foncé du Sud de l’Alberta.

Miller, J.J. et Chanasyk, D.S. (2015). « Écoulement de l’eau non saturée à mi-hauteur et au bas de la Pente d’un relief inclinédans la zone des sols Brun foncé du Sud de l’Alberta. », Canadian Journal of Soil Science, 95(1), p. 27-36. doi : 10.4141/CJSS-2014-058  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Peu de chercheurs ont quantifié le flux vertical de l'eau insaturée sous la zone racinaire, à mi-hauteur et au bas de la pente des reliefs inclinés peu élevés ou sur les plus longues pentes de la région des sols brun foncé, dans les Prairies canadiennes. De mai à octobre, en 1985 et 1986, les auteurs ont mesuré la teneur en eau du sol (de 0,23 à 1,22m de profondeur) sur le terrain, à mi-hauteur et au bas de la pente, dans le sud de l'Alberta. Ils ont prélevé des carottes de sol non perturbé dans différents horizons, puis en ont déterminé la conductivité hydraulique au point de saturation et la capacité de rétention de l'eau en laboratoire. Le flux vertical de l'eau non saturée sous la zone racinaire a été établi à une profondeur de 1,07 à 1,22m sous la surface par la méthode du gradient hydraulique. Au cours des deux années de l’étude, le flux de l'eau a varié de <10-11 à 10-10m par seconde à mi-hauteur de la pente et de <10-11 à 10-9 m par seconde au point le plus bas, résultats cohérents avec d'autres observations. Le flux cumulatif de l'eau s'effectue surtout vers le bas (de −2,2 à −3,4mm) au milieu de la pente, direction cohérente avec le tchernoziom orthique brun foncé, qui se trouvait dans la région d'alimentation d'une formation aquifère. Au point le plus bas de la pente, le flux cumulatif d'eau s'est surtout effectué vers le haut en 1985 (1,4mm) et essentiellement vers le bas, mais avec une très faible ampleur (–0,1mm), en 1986, une direction qui concordait avec le type de sol, un régosol gléyifié, et la remontée saline. Le flux cumulatif d'eau correspondait à 0,8–1,8% des précipitations annuelles au milieu de la pente et à 0,3–0,5% à son point le plus bas.

Date de modification :