Prévision des réserves d’azote à partir des propriétés du sol.

Dessureault-Rompré, J., Zebarth, B.J., Burton, D.L., et Georgallas, A. (2015). « Prévision des réserves d’azote à partir des propriétés du sol. », Canadian Journal of Soil Science, 95(1), p. 63-75. doi : 10.4141/CJSS-2014-057  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On peut recourir aux fonctions de prévision reposant sur de simples modèles cinétiques pour estimer la minéralisation du N dans le sol et faciliter la gestion des amendements azotés, mais obtenir les paramètres requis pour cela nécessite de longues incubations. L’étude devait établir s'il est possible de prévoir les paramètres du N minéralisable essentiels à l'application des fonctions de prévision, puis d'en vérifier l'efficacité en modélisant les réserves d'azote du sol au cours d'une période végétative. Pour appliquer une fonction de prévision qui reposait sur un modèle cinétique du premier degré (F), les auteurs ont élaboré une équation de régression en recourant à une base de données sur 92sols qui expliquait 65% de la variance du N susceptible d’être minéralisé (N0 ) à partir de la concentration totale de N dans le sol et du bassinI, une réserve de N minéralisable labile. La fonction F ne permet pas de prévoir de façon satisfaisante (R2 =0,17–0,18) les réserves de N du sol lorsqu'on en compare les résultats avec les réserves réelles, quantifiées au moyen de relevés pris sur le terrain, lorsque les valeurs de N0 sont prédites avec l’équation. Les auteurs ont aussi examiné une fonction de prévision reposant sur deux bassins (ZF), un de degré zéro et l'autre du premier degré. Pour cela, ils ont développé un modèle de régression incluant le carbone organique du sol et le bassinI. Ce modèle expliquait 66% de la variance de kS , constante de vitesse du bassin de degré zéro. Enfin, ils ont élaboré une équation de régression expliquant 86% de la variance de la taille du bassin de premier degré, NL , à partir du bassinI. La fonction ZF prévoit de manière satisfaisante les réserves de N du sol (R2 =0,41–0,49) avec les valeurs réelles et prévues de kS et de NL . L’étude montre qu'on peut recourir à une fonction de prévision simple pour estimer les réserves de N du sol lors d'une période végétative en prévoyant les paramètres du N minéralisable à partir des propriétés élémentaires du sol, au moyen d’équations de régression.

Date de modification :