Less carbon emissions of wheat–maize intercropping under reduced tillage in arid areas.

Hu, F., Chai, Q., Yu, A.Z., Yin, W., Cui, H., et Gan, Y.T. (2015). « Less carbon emissions of wheat–maize intercropping under reduced tillage in arid areas. », Agronomy for Sustainable Development , 35(2), p. 701-711. doi : 10.1007/s13593-014-0257-y  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On utilise les cultures intercalaires dans de nombreuses régions du monde pour augmenter le rendement grainier. Cependant, ce rendement accru exige de grandes quantités d’eau pour l’irrigation des plantes intercalaires. De plus, les cultures intercalaires nécessitent habituellement plus d’intrants qui entraînent des émissions de gaz à effet de serre. En fait, on ne sait pas si les cultures intercalaires peuvent donner de bons résultats dans les régions arides où l’eau est un facteur limitatif. Dans le cadre de notre étude, nous avons mesuré le rendement de culture, la consommation d’eau, la respiration du sol et les émissions de carbone d’une combinaison blé­maïs cultivée selon différents régimes de travail du sol et différentes options de gestion des résidus de culture. Une expérience au champ a été menée à Wuwei, dans le nord-ouest de la Chine, en 2011 et en 2012. Nos résultats montrent que la combinaison blé­maïs a donné lieu à une augmentation du rendement grainier de 61 % en 2011 et de 63 % en 2012 par rapport au rendement moyen des monocultures. La culture intercalaire sous régime de travail réduit du sol avec paillis de chaume a donné un rendement de 15,9 t ha-1 en 2011 et de 15,5 t ha-1 en 2012, soit une augmentation de 7,8 % en 2011 et de 8,1 % en 2012, comparativement à la culture avec travail du sol classique. La combinaison blé­maïs a produit des émissions de carbone de 2 400 kg C ha-1 durant la saison de culture, soit environ 7 % de moins que la monoculture de maïs, dont les émissions se sont élevées à 2 580 kg C ha-1. Comparativement au travail classique du sol, le travail réduit du sol a entraîné une réduction des émissions de C de 6,7 % pour la culture intercalaire, de 5,9 % pour la monoculture de maïs et de 7,1 % pour la monoculture de blé. Comparativement à la monoculture de maïs, la combinaison blé­maïs a utilisé plus d’eau, mais a émis 3,4 kg de C par hectare et par millimètre d’eau utilisée, soit 23 % de moins que la monoculture de maïs. Dans l’ensemble, nos résultats indiquent que la culture intercalaire blé­maïs sous régime de travail réduit du sol avec paillis de chaume permet d’augmenter la production grainière tout en réduisant efficacement les émissions de carbone dans les régions arides.

Date de modification :