Insecticidal properties of pyrolysis bio-oil from greenhouse tomato residue biomass.

Cáceres, L.A., McGarvey, B.D., Briens, C., Berruti, F., Yeung, K.K.-C., et Scott, I.M. (2015). « Insecticidal properties of pyrolysis bio-oil from greenhouse tomato residue biomass. », Journal of Analytical and Applied Pyrolysis, 112, p. 333-340. doi : 10.1016/j.jaap.2015.01.003  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La pyrolyse rapide est une technologie reconnue de conversion thermochimique de biomasses en huiles de pyrolyse qui peuvent contenir des substances chimiques précieuses, notamment des solvants, des produits pharmaceutiques et des biopesticides. La composition de ces huiles dépend en partie des biomasses qui forment la matière première. Nous avons analysé les huiles de pyrolyse produites à partir de résidus de plants de tomates comme source potentielle de composés bioactifs ou de pesticides. La pyrolyse rapide de la biomasse de plants de tomates séchés a été réalisée dans un réacteur avec lit à bulles à 300 °C et à 500 °C. Un condenseur collectait les vapeurs condensables qui étaient dirigées vers un précipitateur électrostatique. Les huiles de pyrolyse recueillies par le précipitateur présentaient une activité insecticide beaucoup plus grande comme l’ont montré les épreuves biologiques sur des disques de feuille pour le doryphore de la pomme de terre, Leptinotarsa decemlineata. Après une extraction par une solution 1/1 eau-dichlorométhane, la plus grande partie de l’activité demeurait dans la phase organique. Pour fractionner davantage les composants, nous avons réalisé une extraction avec amine en phase solide, suivie d’une séparation par chromatographie en phase liquide en phase inverse. Six fractions de la chromatographie en phase gazeuse ont été collectées et analysées à l’aide d’un chromatographe en phase gazeuse couplé à un spectromètre de masse. Nous avons retrouvé du néophtadiène, du phytol et différents acides gras dans la fraction la plus active, mais les activités insecticides les plus élevées n’ont été observées que lorsque ces composés étaient combinés. La pyrolyse de la biomasse des plants de tomate constitue une source économique de composés bioactifs que l’on pourra développer davantage pour créer des biopesticides.

Date de modification :