Occurrence, detection, and quantification of economically important viruses in healthy and unhealthy honey bee (Hymenoptera: Apidae) colonies in Canada.

Desai, S.D., Kumar, S., et Currie, R.W. (2015). « Occurrence, detection, and quantification of economically important viruses in healthy and unhealthy honey bee (Hymenoptera: Apidae) colonies in Canada. », The Canadian Entomologist, 148(1), p. 22-35. doi : 10.4039/tce.2015.23  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons caractérisé l’occurrence, l’abondance et la répartition du virus des ailes déformées (DWV) et du virus du couvain sacciforme (SBV) (famille des Iflaviridae), du virus de la cellule royale noire (BQCV), du virus israélien de la paralysie aigüe (IAPV), du virus de l’abeille du Cachemire (KBV) et du virus de la paralysie aigüe (ABPV) (famille des Dicistroviridae), et du virus de la paralysie chronique (CBPV) (non classé) chez 80 colonies « saines » et 23 colonies « non saines » d’abeilles domestiques (Apis mellifera Linnaeus; Hymenoptera: Apidae) en ayant recours à la transcription inverse suivie de la réaction en chaîne par polymérase (RT-PCR) pour identifier les virus, et à la réaction en chaîne par polymérase quantitative en temps réel (qPCR) pour quantifier l’abondance de ces virus. Les sept virus étaient communs, mais les virus les plus largement répandus étaient le DWV et, dans une moindre mesure, les BQCV et IAPV. Pour la plupart des virus, les taux de prévalence dans les colonies survivantes mais non saines au printemps ne différaient pas de ceux observés en automne chez les colonies saines de référence. Ce résultat donne à croire que les taux de prévalence printaniers ne constituent pas un indicateur utile pour l’identification des facteurs contribuant à la perte de colonies. Le virus du couvain sacciforme était le seul virus qui était plus répandu parmi les colonies non saines du Manitoba (Canada) que dans les colonies saines d’autres régions du Canada, mais aucune différence dans les taux de prévalence de ce virus n’a été observée entre les colonies non saines et les colonies saines au Manitoba. Les cas de coinfections étaient généralisés, et certaines colonies étaient coinfectées par jusqu’à cinq virus. Parmi les trois virus dont l’abondance a été quantifiée par qPCR, le DWV était celui qui présentait les plus fortes concentrations dans des échantillons regroupés d’ouvrières. Le DWV était le seul virus dont les concentrations automnales différaient d’une province à l’autre chez les colonies saines, et les concentrations de ce virus étaient très élevées chez les colonies non saines. Une corrélation positive a été notée entre le BQCV et l’IAPV dans tous les échantillons. Nos travaux constituent la première importante étude de base sur les infections virales chez les colonies d’abeilles domestiques au Canada.

Date de modification :