Application and viability of full-thickness coronary band grafting in equids.

Smyth, T., Roquet, I., Plante, Y., Hind, P.L., Goslin, T., et Carmalt, J.L. (2015). « Application and viability of full-thickness coronary band grafting in equids. », Pferdeheilkunde, 31(2), p. 119-124.

Résumé

Avec ces travaux, nous avons voulu déterminer si, chez le cheval, une greffe de toute l’épaisseur du bourrelet coronaire pouvait être pratiquée dans le cas de blessures aiguës ayant nécessité l’excision du bourrelet coronaire. Nous décrivons également l’utilité de l’excision du bourrelet coronaire dans le traitement d’un cas clinique de croissance anormale et douloureuse du sabot chez un cheval adulte. Dans cette étude pilote, nous avons utilisé cinq chevaux pour déterminer si un greffon de 4 cm2 comprenant la peau et le bourrelet coronaire pouvait être greffé sur la médiane dorsale du pied avant d’un même animal et d’un animal à un autre. Chez le cheval témoin, l’excision n’a pas été suivie d’une greffe, mais pour le reste, l’animal a été traité de manière identique aux autres. Les membres touchés ont été immobilisés pendant quatre semaines avec une orthèse en fibre de verre qui couvrait la base du pied jusqu’au milieu du paturon. Les chevaux ont ensuite été surveillés au pâturage pendant neuf mois. Après l’euthanasie, des échantillons de la peau du cou et du site chirurgical ont fait l’objet d’analyses du génotype. Un cas clinique de boiterie due à la fissure d’un sabot postérieur a aussi été traité par excision du bourrelet coronaire comme chez le cheval témoin de notre expérience. Pendant l’étude, toutes les plaies ont guéri sans complications, et la guérison a été suivie de production de corne. Il n’y a pas eu de fissure impliquant toute l’épaisseur de la corne, et la jonction verticale entre le site d’excision (peau et corne kératinisée) et le tissu parental était contiguë. L’analyse de l’ADN a révélé qu’aucune des greffes n’avait été acceptée, même si toutes les plaies avaient guéri. En ce qui a trait au cas clinique, nous avons observé une croissance normale de la corne du sabot et l’absence de boiterie après la chirurgie. Les greffes de tissu coronaire chez le cheval n’ont pas pris. D’après ces résultats, il semble que l’enlèvement de la corne touchée et du bourrelet coronaire, suivi d’une immobilisation du pied, pourrait être un traitement approprié pour les défauts récurrents du bourrelet coronaire et la production anormale de corne chez le cheval.

Date de modification :