PH stability study of lectin from black turtle bean (phaseolus vulgaris) as influenced by guanidinium-HCl and thermal treatment.

He, S.-D., Simpson, B.K., Ngadi, M.O., Xue, S.J., Shi, J., et Ma, Y. (2015). « PH stability study of lectin from black turtle bean (phaseolus vulgaris) as influenced by guanidinium-HCl and thermal treatment. », Protein and Peptide Letters, 22(1), p. 45-51.

Résumé

La stabilité au pH de la lectine provenant du petit haricot noir a été caractérisée au moyen de diverses techniques biophysiques dans la gamme de pH allant de 2,0 à 10,0. Les spectres UV d’ordre zéro et de dérivée secondaire à différents pH ont indiqué que la structure tertiaire de la protéine ne change pas de manière significative avec le pH. Le maximum de l’émission de fluorescence de la lectine après excitation à 280 et 295 nm se déplace vers le bleu, de 1,2 nm à pH 2,0, et vers le rouge, de 1,0 nm à pH 10,0. Les résultats sur la dénaturation chimique obtenus par surveillance de la fluorescence intrinsèque de la lectine indiquent que le dépliement de la protéine induit par la chorhydrate de guanidine (GdnHCl) pourrait être décrit au moyen d’un modèle à trois états. Le dépliement complet de la protéine a été observé à pH 7,2 en présence de GdnHCl 6,5 M après 2 semaines, suggérant que la lectine était stable à divers pH. La dénaturation thermique irréversible de la lectine a aussi été étudiée à divers pH par calorimétrie à compensation de puissance (CCP). Un modèle cinétique de premier ordre à deux états a été appliqué pour expliquer les transitions observées en CCP dépendantes de la vitesse de balayage. L’énergie d’activation (Ea) plus importante calculée à partir de la dénaturation thermique irréversible et le processus de dénaturation chimique à trois états suggèrent tous deux que la structure de la lectine est restée pratiquement inchangée pour les pH de 2,0 à 10,0, ce qui indique que sa structure était stable sur cette gamme de pH.

Date de modification :