Movement of Plasmodiophora brassicae resting spores in windblown dust.

Rennie, D.C., Holtz, M.D., Turkington, T.K., LeBoldus, J.M., Hwang, S.F., Howard, R.J., et Strelkov, S.E. (2015). « Movement of Plasmodiophora brassicae resting spores in windblown dust. », Canadian Journal of Plant Pathology, 37(2), p. 188-196. doi : 10.1080/07060661.2015.1036362  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La hernie (Plasmodiophora brassicae Wor.) du canola (Brassica napus L.) a été initialement découverte en Alberta en 2003, près d’Edmonton. Depuis, se répandant partout dans le centre de l’Alberta, c’est devenu un grave problème en ce qui a trait à la production du canola. Des cas isolés ont également été répertoriés dans le sud de l’Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. On croit que la hernie se répand principalement par le sol contaminé par P. brassicae qui adhère à la machinerie agricole. Cette étude a examiné la possibilité que l’agent pathogène soit disséminé par de la poussière de sol contaminé soufflée par le vent. En 2011 et 2012, des échantillonneurs de poussière ont été installés à quatre endroits, soit trois dans le centre de l’Alberta et un dans le sud. Des particules de sol en suspension et se déplaçant par saltation ont été collectées dans les échantillonneurs à des hauteurs variant de 0 à 1 m. L’ADN génomique total a été extrait des échantillons de sol collectés et soumis à l’analyse par réaction en chaîne de la polymérase (PCR) classique et par PCR quantitative pour y détecter et y quantifier P. brassicae . Au cours des deux années, l’ADN de P. brassicae a été décelé dans les échantillonneurs aux quatre endroits. Il n’y avait pas de lien précis entre la hauteur d’échantillonnage et la fréquence d’occurrence positive d’ADN de P. brassicae dans les échantillons, ou entre la hauteur d’échantillonnage et la quantité d’ADN de P. brassicae collectée. Les résultats indiquent que les spores de conservation peuvent être transportées par des poussières soufflées par le vent et que la dispersion éolienne contribue vraisemblablement à la dissémination de cet agent pathogène.

Date de modification :