Size matters: evolution of large drug-secreting resin glands in elite pharmaceutical strains of Cannabis sativa (marijuana).

Small, E. et Naraine, S.G.U. (2015). « Size matters: evolution of large drug-secreting resin glands in elite pharmaceutical strains of Cannabis sativa (marijuana). », Genetic Resources and Crop Evolution. doi : 10.1007/s10722-015-0254-2  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Chez le Cannabis sativa, la plus grande partie du tétrahydrocannabinol (THC) est produite dans les têtes résineuses de trichomes glandulaires capités à tige. Nous avons observé que le diamètre des têtes décroissait de façon exponentielle après la récolte à la température ambiante, ce diamètre diminuant d’environ 15 % le premier mois, puis de 24 % au cours de la première année, de 32 % en 50 ans et de 34 % sur un siècle. Une équation rendant compte de la courbe asymptotique décrivant la progression de la diminution du diamètre a été établie [diamètre original de la tête glandulaire en microns = diamètre observé divisé par (0,5255 + 0,4745 multiplié par la durée en jours à la puissance −0,1185)], afin qu’il soit possible d’extrapoler le diamètre original des têtes glandulaires à l’état frais lorsque l’âge d’un spécimen est connu. Nous avons utilisé cette équation pour comparer les dimensions des têtes glandulaires dans des échantillons d’âges différents. Ainsi, le diamètre moyen des têtes résineuses s’établissait à 129 μm dans un échantillon de souches de marijuana à forte teneur en THC commercialisées sous licence à des fins médicales, alors que le diamètre moyen des têtes glandulaires s’établissait à 80 μm dans un échantillon de cultivars de chanvre industriel à faible teneur en THC. Le volume moyen des têtes résineuses était plus de quatre fois plus élevé chez les souches narcotiques que chez les souches de chanvre industriel. Il s’agit du premier rapport documenté décrivant une caractéristique morphologique fiable qui permet de distinguer les souches narcotiques élites des souches non narcotiques. La plupart des souches reconnues de marijuana ont été mises au point de façon clandestine et illégale au cours du dernier demi-siècle. La présence de grosses têtes glandulaires résineuses dans un échantillon de souches pharmaceutiques commercialisées légalement est le corrélat évident d’une sélection visant la production de quantités supérieures de résine.

Date de modification :