Relationships between circulating plasma concentrations and duodenal flows of essential amino acids in lactating dairy cows.

Patton, R.A., Hristov, A.N., Parys, C., et Lapierre, H. (2015). « Relationships between circulating plasma concentrations and duodenal flows of essential amino acids in lactating dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS). doi : 10.3168/jds.2014-9000  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude visait à mieux définir les besoins en acides aminés essentiels (AAE) des vaches en lactation par l’examen de la relation entre la concentration plasmatique des AAE (p[AAE]) et le flux duodénal prévu des AAE (duoAAE). Notre hypothèse état la suivante : à une concentration donnée de protéines dans le lait, la p[AAE] demeurait la même en réponse au flux duoAAE jusqu’à ce que le besoin en AAE soit comblé, après quoi la p[AAE] augmenterait rapidement en réponse à une hausse du flux duoAAE, jusqu’à ce que la p[AAE] atteigne un plateau et que l’organisme dégrade l’excès d’AAE pour éviter la toxicité. Ainsi, les besoins en chacun des AAE seraient comblés avec l’augmentation rapide de la p[AAE]. Pour vérifier notre hypothèse, nous avons préparé une base de données tirées de la littérature scientifique comprenant 102 études, avec 420 moyennes de traitement faisant état des éléments suivants : p[AAE], teneur alimentaire en éléments nutritifs, poids corporel, production de lait. Une deuxième base de données a été préparée pour valider les relations établies avec la première base de données et comprenait 32 études et 98 moyennes de traitement. Toutes les relations ont été évaluées en tant qu’équations de régression avec l’étude comme facteur aléatoire. La race, le nombre de jours de lactation, le poids corporel et la production de protéines laitières n’ont eu aucun effet sur la concentration plasmatique des AAE. Outre l’apport en protéines métabolisables, le contenu nutritionnel des rations n’a pas eu d’effet sur la p[AAE]. Seule la p[Arg] a varié avec la parité : les vaches primipares ayant des concentrations plus élevées d’Arg que les vaches plus âgées. Nous n’avons relevé aucun point de rupture sous forme d’augmentation brusque ou de plateau entre la p[AAE] et le flux duoAAE. Les équations quadratiques sont celles qui représentaient le mieux l’association entre les concentrations plasmatiques d’Arg, d’Ile, de Lys, de Thr et de Val et leur flux duodénal, tandis que dans le cas de l’His, de la Leu, de la Met et de la Phe, c’est une équation linéaire qui représentait le mieux leur relation avec le flux duodénal. L’ajout d’un terme quadratique a amélioré le coefficient de détermination ajusté R2 ou a légèrement diminué l’écart type (< 2,0 %). Nous concluons donc que le principal effet du flux duodénal des AAE sur leur concentration plasmatique est linéaire. Des perfusions abomasales ou duodénales de Met, Lys, His, Lys+Met et de caséine ont révélé que la Met et la Lys administrées seules en perfusion augmentent la concentration plasmatique de l’AAE administré et diminuent la concentration des autres AAE, notamment celle de l’His. La perfusion de Lys+Met et d’His seule était associée à l’augmentation de la concentration de ces AAE, sans qu’il n’y ait d’effet sur les autres. En conclusion, chez la vache en lactation, la concentration plasmatique des AAE augmente de façon linéaire avec leur flux duodénal sur une vaste gamme d’apports protéiques. Rien n’indique que les concentrations plasmatiques ne reflètent les besoins en AAE.

Date de modification :