Temperature influences host instar selection in an aphid parasitoid: Support for the relative fitness rule.

Moiroux, J., Boivin, G., et Brodeur, J. (2015). « Temperature influences host instar selection in an aphid parasitoid: Support for the relative fitness rule. », Biological Journal of the Linnean Society, 115(4), p. 792-801. doi : 10.1111/bij.12545  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Selon la règle de valeur adaptative relative, les parasitoïdes femelles devraient adopter des comportements reproducteurs plus à risque lorsque leur succès reproducteur attendu est faible. La température influe sur le succès reproducteur des insectes en agissant sur leur métabolisme de base durant le développement, leur charge d’œufs à l’émergence et leur espérance de vie à l’âge adulte. Nous avons eu recours à un système de modèle puceron-parasitoïde pour évaluer l’incidence de la température durant le développement et à l’âge adulte sur la prise de décisions fondée sur le risque par les femelles. Nous avons jugé l’utilisation des stades larvaires de l’hôte de moindre qualité par le parasitoïde de pucerons Aphidius ervi comme un comportement plus à risque. Nous avons étudié le comportement de ponte de femelles élevées à des températures de 12, 20 ou 28 °C et subséquemment exposées à l’âge adulte aux quatre stades larvaires du puceron de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae) à l’une ou l’autre de ces températures. Le comportement de sélection de l’hôte par les femelles durant l’exploitation d’un agrégat de pucerons a fait l’objet d’un suivi continu. Nous avons constaté que les femelles exposées à une température élevée durant leur développement et cherchant leur nourriture en présence d’une température élevée attaquaient des hôtes de moindre qualité que les femelles exposées aux autres conditions expérimentales. Ces résultats appuient l’hypothèse selon laquelle une diminution du succès reproducteur attendu des parasitoïdes femelles favorise l’adoption de comportements plus à risque par ces dernières. À notre connaissance, c’est la première fois qu’on démontre expérimentalement que la température influe sur la sélection des stades larvaires et sur la prise de décisions fondée sur le risque chez des parasitoïdes. La présente étude est également la première à confirmer la règle de la valeur adaptative relative.

Date de modification :