Legumes can reduce economic optimum nitrogen rates and increase yields in a wheat-canola cropping sequence in western Canada.

St. Luce, M., Grant, C.A., Zebarth, B.J., Ziadi, N., O'Donovan, J.T., Blackshaw, R.E., Harker, K.N., Johnson, E.N., Gan, Y.T., Lafond, G.P., May, W.E., Khakbazan, M., et Smith, E.G. (2015). « Legumes can reduce economic optimum nitrogen rates and increase yields in a wheat-canola cropping sequence in western Canada. », Field Crops Research, 179, p. 12-25. doi : 10.1016/j.fcr.2015.04.003  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’inclusion de légumineuses dans les rotations de cultures est une approche durable qui permet de réduire les besoins en engrais azoté (N) et d’augmenter le rendement des cultures subséquentes. Cependant, l’importance des avantages obtenus dépend des légumineuses utilisées, des cultures subséquentes et des conditions propres aux sites. Dans le cadre de notre étude, nous avons comparé les effets des cultures précédentes de légumineuses et d’autres plantes sur les rendements et les taux de N économiquement optimaux (TNEO) dans une rotation de blé roux vitreux de printemps (Triticum aestivum L.) et de canola hybride (Brassica napus L.). Les cultures précédentes – le pois cultivé (Pisum sativum L.), la lentille (Lens culinaris Medik), la féverole cultivée pour la production de semences (Vicia faba L.; féverole-semences), le canola et le blé cultivés pour leurs grains et la féverole cultivée comme engrais vert (féverole-engrais vert) – ont été directement ensemencées dans six sites de l’ouest du Canada en 2010. Le blé a été ensemencé en 2011 et le canola, en 2012. Un engrais azoté (N) a été appliqué chaque année à raison de 0, 30, 60, 90 et 120 kg N ha-1. En termes de moyenne pour les cultures précédentes, l’application de N a fait augmenter le rendement des cultures dans tous les sites. Nous avons constaté une hausse du rendement grainier du blé ainsi qu’une baisse correspondante du TNEO après la culture de légumineuses par rapport à la culture de plantes non légumineuses, notamment en raison de l’augmentation de la quantité de N disponible. D’autres avantages non liés au N observés chez le blé à la suite de la culture de légumineuses étaient également manifestes dans tous les sites sauf un, les avantages non liés au N les moins importants ayant été observés dans le cas de la culture précédente de blé. Les cultures précédentes de légumineuses n’ont pas eu d’effet sur le rendement grainier du canola dans tous les sites, mais les TNEO mesurés pour le canola ont été > 50 % plus faibles pour les rotations légumineuse-blé que pour les rotations plantes non légumineuses-blé. Parmi les légumineuses, la culture de féverole-engrais vert, de pois et de lentille était plus susceptible d’accroître le rendement et de réduire le TNEO que la culture de féverole-semence. De façon générale, la culture de légumineuses pour la production de semences avant une rotation blé-canola peut augmenter le rendement des cultures, réduire le TNEO et améliorer la durabilité à long terme des systèmes de culture céréalière classiques.

Date de modification :