Structural and functional characterization of yellow field pea seed (Pisum sativum L.) protein-derived antihypertensive peptides.

Aluko, R.E., Girgih, A.T., He, R., Malomo, S., Li, H., Offengenden, M., Wu, J., et Papadopoulos, Y.A. (2015). « Structural and functional characterization of yellow field pea seed (Pisum sativum L.) protein-derived antihypertensive peptides. », Food Research International. doi : 10.1016/j.foodres.2015.03.029  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La présente étude avait comme but de déterminer et de tester l’efficacité in vivo de peptides antihypertenseurs présents dans un hydrolysat de protéines de pois (PPH pour pea protein hydrolysate). Nous avons hydrolysé un isolat de protéines de pois des champs avec de la thermolysine et ultrafiltré l’hydrolysat sur une membrane de 3 kDa; le perméat recueilli (PPH‑3) a été séparé sur une colonne de CLHP en phase inverse en 10 fractions peptidiques. Les fractions 3–8 ont montré une inhibition de l’activité de la rénine in vitro qui variait entre 21 et 68 % environ, tandis que l’activité de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) était inhibée par les fractions 2‑10 dans une proportion variant entre 22 et 95 %. La fraction 7 avait les niveaux d’inhibition les plus élevés pour les deux enzymes avec 52,16 et 95,17 % pour la rénine et l’ECA, respectivement. La fraction 7 a donc été choisie pour la caractérisation peptidique par spectrométrie de masse en tandem, ce qui a mené au séquençage des cinq peptides suivants : LTFPG (534 Da); IIPLEN (698 Da); LSSGDVF (724 Da); IFENLQN (877 Da); et FEGTVFENG (999 Da). Les peptides LTFPG, IFENLQN et FEGTVFENG ont montré une inhibition significativement plus élevée (P < 0,05) de l’activité de l’ECA et de la rénine et ont été administrés par voie orale à des rats spontanément hypertendus, selon une dose de 30 mg/kg de poids corporel. Le peptide LTFPG a montré, de façon significative (P < 0,05), la baisse la plus rapide de la tension artérielle systolique (TAS) avec un maximum de ‑37 mmHg atteint après 2 h. En revanche, l’effet maximal des peptides IFENLQN (‑37 mmHg) et FEGTVFENG (‑25 mmHg) a été observé après 4 h. Globalement, les trois peptides étaient significativement meilleurs (P < 0,05) pour réduire la TAS que le PPH‑3, qui a permis d’atteindre une baisse maximale de ‑14 mmHg après 6 h.

Date de modification :