Increased mobilization of aged carbon to rivers by human disturbance.

Butman, D.E., Wilson, H.F., Barnes, R.T., Xenopoulos, M.A., et Raymond, P.A. (2015). « Increased mobilization of aged carbon to rivers by human disturbance. », Nature Geoscience, 8(2), p. 112-116. doi : 10.1038/ngeo2322  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Environ 8 % des émissions anthropiques de dioxyde de carbone proviendrait du changement de l’affectation des terres, mais cette estimation exclut les flux de carbone terrestre vers les écosystèmes aquatiques associés aux perturbations humaines. Les flux de carbone provenant des terres et des cours d’eau ont probablement augmenté de 0,1 à 0,2 pétagrammes de carbone par année en raison des perturbations comme le déboisement, l’intensification de l’agriculture et l’injection d’eaux usées d’origine humaine. La majeure partie du carbone organique dissous dans les cours d’eau provient du carbone organique jeune présent dans le sol et la végétation, mais le carbone âgé qui est éliminé du cycle du carbone moderne est aussi exporté dans bon nombre d’écosystèmes. Nous analysons dans cet article un ensemble de données mondiales des âges radiocarbone du carbone organique dissous en milieu lotique ainsi que les données spatiales sur la couverture terrestre, la population et les facteurs environnementaux. Nous constatons que l’âge du carbone organique dissous dans les cours d’eau augmente avec la densité de la population humaine et avec la proportion des paysages dominés par les humains dans un bassin hydrographique, et qu’il diminue avec les précipitations annuelles. Nous soutenons que les perturbations réintroduisent la matière organique âgée du sol dans le cycle du carbone moderne, bien que le carbone fossile des engrais ou des produits pétroliers puissent aussi constituer une source de carbone âgé dans les bassins hydrographiques ayant subi des perturbations. La quantité totale de carbone exportée du milieu terrestre aux systèmes d’eau douce demeure inconnue; nos résultats indiquent néanmoins que de 3 à 9 % du carbone organique dissous dans les cours d’eau est du carbone âgé qui a été mobilisé par les perturbations d’origine humaine.

Date de modification :