Rendement et rentabilité de la jachère et de la fertilisation pour les assolements prolongés de blé à Lethbridge, en Alberta.

Smith, E.G., Janzen, H.H., et Kröbel, R. (2015). « Rendement et rentabilité de la jachère et de la fertilisation pour les assolements prolongés de blé à Lethbridge, en Alberta. », Canadian Journal of Plant Science, 95(3), p. 579-587. doi : 10.4141/CJPS-2014-356  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Une étude de 42 ans a permis d’établir les répercussions de l'assolement et de la gestion des engrais sur le rendement et la rentabilité du blé. Au nombre des traitements figuraient la monoculture du blé (B), l'assolement jachère-blé (JB) et l'assolement jachère-blé-blé (JBB). Les parcelles ont été divisées de façon bifactorielle en vue de leur fertilisation avec de l'azote (N – 0 et 45 kg par hectare) et du phosphore (P – 0 et 20 kg par hectare). Le P a accru le rendement pendant la première moitié de la période expérimentale, mais son impact était minime lors de la deuxième moitié. Le N n'a eu aucune incidence sur le rendement des jachères pendant la première moitié de l'expérience, cependant il l'a amélioré durant la seconde, et durant toute la période pour le blé cultivé après jachère. Une simulation de la répartition du revenu net indique que la monoculture bonifiée avec des engrais N et P engendre le revenu net le plus élevé, en moyenne, mais aussi le revenu net le plus variable. Le revenu net était plus important pendant la deuxième moitié de l’étude, et c'est la monoculture du blé fertilisée qui a enregistré le revenu net moyen le plus haut. La monoculture du blé étant plus aléatoire, les producteurs peu enclins au risque ont tendance à préférer l'assolement JB, qui l'est moins.

Date de modification :