An overview of the ergot (Claviceps purpurea) issue in western Canada: challenges and solutions.

Menzies, J.G. et Turkington, T.K. (2015). « An overview of the ergot (Claviceps purpurea) issue in western Canada: challenges and solutions. », Canadian Journal of Plant Pathology, 37(1), p. 40-51. doi : 10.1080/07060661.2014.986527  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

C’est depuis le Moyen-Âge que nous connaissons l’ergot causé par l’ascomycète Claviceps purpurea (Fr.) Tul., mais, récemment, c’est devenu un problème de taille sur les Prairies canadiennes. En 1999, il y a eu une éclosion d’ergot. En conséquence, 12 % des échantillons de blé roux de printemps de l’Ouest canadien (CWRS) et 4 % de ceux de blé dur ambré de l’Ouest canadien (CWAD) livrés aux silos-élévateurs étaient infestés par des sclérotes d’ergot. Une éclosion semblable s’est produite au Manitoba en 2005, suivie d’autres éclosions en 2008 et 2011 dans les trois provinces des Prairies. En 2008, de 12 à 15 % de tous les échantillons de CWRS étaient infestés par l’ergot, tandis qu’en 2011, ces taux ont atteint de 15 à 29 % de tous les échantillons. Chez le CWAD, en 2008 en Saskatchewan, 15 % des échantillons étaient infestés et, en 2011, 14 %. Les pratiques de gestion qui peuvent influencer la gravité de l’infestation incluent la rotation des cultures, la gestion des sols et la fertilisation, les méthodes d’ensemencement, les applications de pesticides, le type de culture (c.-à-d. culture d’automne vs culture de printemps et espèces hôtes à pollinisation directe vs celles à pollinisation croisée) et la gestion durant et après la récolte. Bien que des problèmes aient surgi quant à l’évaluation de la résistance de l’hôte et à la variabilité chez les souches d’agents pathogènes, dernièrement, des recherches ont été menées sur la résistance de l’hôte et sur l’évitement de l’infection. Malheureusement, aucune de ces mesures de lutte ne s’est avérée pleinement satisfaisante quant à leur gestion individuelle de l’ergot. Les producteurs devraient alors toujours aborder la gestion de l’ergot en tant que processus intégré comportant des stratégies qui ciblent toutes les composantes du triangle de la maladie. Bien que les éclosions d’ergot soient sporadiques, le financement soutenu est essentiel pour encourager la recherche qui mène à l’élaboration de stratégies plus efficaces en ce qui a trait à sa gestion.

Date de modification :