Bioaugmentation with an anaerobic fungus in a two-stage process for biohydrogen and biogas production using corn silage and cattail.

Nkemka, V.N., Gilroyed, B.H., Yanke, L.J., Gruninger, R.J., Vedres, D.D., McAllister, T.A., et Hao, X. (2015). « Bioaugmentation with an anaerobic fungus in a two-stage process for biohydrogen and biogas production using corn silage and cattail. », Bioresource Technology, 185, p. 79-88. doi : 10.1016/j.biortech.2015.02.100  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons évalué la bioaugmentation par adjonction d’un champignon anaérobie, le Piromyces rhizinflata YM600, dans un système anaérobie à deux étapes destiné à la digestion du maïs à ensilage et de la quenouille. Le maïs à ensilage non soumis à une bioaugmentation a donné une production de méthane de 328,8 ± 16,8 mL g-1 VS et une production d’hydrogène de 59,4 ± 4,1 mL g-1 VS, ce qui était comparable aux productions obtenues avec le maïs à ensilage soumis à une bioaugmentation, qui étaient de 295,4 ± 14,5 mL g-1 VS dans le cas du méthane et de 55,6 ± 6,7 mL g-1 VS dans le cas de l’hydrogène. Pour la quenouille, la production de CH CH4 était de 101,0 ± 4,8 mL g-1 VS sans bioaugmentation et de 104 ± 19,1 mL g-1 VS avec bioaugmentation, et la production de H2 a été faible (<1 mL g-1 VS) dans le cas des deux traitements. Toutefois, la bioaugmentation a entraîné une hausse initiale de la vitesse de production de CH4 et de H2 ainsi qu’une hausse du taux de dégradation des acides gras volatils dans le cas des deux substrats. Notre étude montre que la bioaugmentation par adjonction d’un champignon anaérobie peut améliorer la digestibilité des substrats de lignocellulose en vue de la production de biogaz et de biohydrogène.

Date de modification :