Impact of deoxynivalenol (DON) contaminated feed on intestinal integrity and immune response in swine.

Lessard, M., Savard, C., Deschêne, K., Lauzon, K., Pinilla, V.A., Gagnon, C.A., Lapointe, J., Guay, F., et Chorfi, Y. (2015). « Impact of deoxynivalenol (DON) contaminated feed on intestinal integrity and immune response in swine. », Food and Chemical Toxicology, 80, p. 7-16. doi : 10.1016/j.fct.2015.02.013  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Ces travaux visaient à caractériser l’effet de la consommation d’aliments contaminés naturellement au désoxynivalénol (DON) sur les défenses immunitaires de l’intestin du porc, la production d’anticorps et l’immunité cellulaire Nous avons réparti au hasard 16 porcelets âgés de 4 semaines et leur avons donné un des traitements alimentaires suivants : ration témoin ou ration contenant 3,5 mg de DON/kg. Aux jours 7 et 21 de l’expérience, les animaux ont reçu de l’ovalbumine. Au jour 42, nous avons prélevé des échantillons d’intestin et y avons mesuré l’expression des gènes liés à la réponse immunitaire, au stress oxydatif et à la fonction de barrière. La production d’anticorps IgG en réponse à l’ovalbumine était plus élevée chez les porcelets qui avaient reçu le DON que chez ceux qui avaient reçu la ration témoin. Dans l’iléon des animaux qui avaient reçu le DON, les gènes codant la claudine, l’occludine et la vimentine, des protéines jouant un rôle dans l’intégrité et la fonction barrière de l’intestin étaient régulés à la baisse par rapport à ceux des animaux témoins. Les résultats ont aussi révélé la régulation à la hausse de l’expression de deux chimiokines (IL-8, CXCL10), de l’interféron-γ et de la glutathione peroxydase 2 (GPX-2), un antioxydant majeur, ainsi que la régulation à la baisse de l’expression des gènes codant des antioxydants enzymatiques, dont la GPX-3, la GPX-4 et la superoxyde dismutase 3 (SOD-3) chez les animaux ayant reçu la ration contaminée avec du DON. Ces résultats semblent fortement indiquer que la consommation d’aliments naturellement contaminés au DON pourrait compromettre la fonction barrière de l’intestin et les fonctions immunitaires par une modulation de l’expression des gènes codant les protéines des jonctions serrées, le remodelage tissulaire, la réaction inflammatoire, le stress oxydatif et la réponse immunitaire.

Date de modification :