L’efficacité des additifs alimentaires à base d’anti-mycotoxine pour la prévention des effets nocifs du blé naturellement contaminé aux mycotoxines de Fusarium sur la performance, la fonctionnalité de la barrière intestinale et la digestibilité et rétention des é léments nutritifs chez les porcelets en sevrage.

Van Le Thanh, B., Lessard, M., Chorfi, Y., et Guay, F. (2015). « L’efficacité des additifs alimentaires à base d’anti-mycotoxine pour la prévention des effets nocifs du blé naturellement contaminé aux mycotoxines de Fusarium sur la performance, la fonctionnalité de la barrière intestinale et la digestibilité et rétention des é léments nutritifs chez les porcelets en sevrage. », Canadian Journal of Animal Science, 95(2), p. 197-209. doi : 10.4141/CJAS-2014-126  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L'objectif de cette étude était de déterminer les effets de consommation de désoxynivalénol (DON) sur la performance de croissance, la digestibilité et la rétention d'azote (N), de phosphore (P) et de calcium (Ca) chez les porcs en croissance. En deuxième temps, il y avait l’évaluation du potentiel de quatre additifs alimentaires commerciaux anti-mycotoxiques dans la prévention des effets négatifs de la DON. Soixante porcelets (6,0 kg de poids corporel) ont été répartis en six traitements alimentaires différents composés de maïs-tourteau de soja-blé [diète témoin :<0,5 mg kg-1 DON ; diète contaminée (contaminée au DON) : 4 mg kg-1, et quatre diètes contaminées, chacune avec un additif alimentaire anti-mycotoxique différent : DON+GLUC (glucomannan), DON+YBP (levure, bactéries vivantes, enzymes et extraits de plantes), DON+ALU (aluminosilicate) et DON+PC (composés de préservation)]. Les porcelets ont été logés individuellement dans des enclos pendant 7 jours puis transférés en cages métaboliques pour une période de collecte des matières fécales et d'urine pendant 7 jours. À la fin de ces 2 semaines, les porcelets ont reçu des doses de mannitol et de lactulose par voie orale. Des échantillons d'urine ont alors été collectés pendant 24 h pour évaluer l'intégrité de la barrière des muqueuses intestinales. Par la suite, les porcelets ont été euthanasiés et des échantillons intestinaux ont été collectés pour étude morphologique. Le blé contaminé au DON a réduit la consommation moyenne quotidienne (ADFI - « average daily feed intake »), le gain moyen quotidien (ADG – « average daily gain ») et le ratio G:F par rapport à la diète témoin (P<0,05). Seule la diète DON+PC a rétabli la performance de croissance des porcelets nourris aux aliments contaminés au DON. La rétention quotidienne de N et du P n'a pas été modifiée par la contamination au DON ni par les additifs alimentaires anti-mycotoxiques, mais la rétention de Ca était plus élevée chez les porcelets ayant consommés la diète contaminée au DON par rapport à la diète témoin. La diète contaminée au DON a réduit la digestibilité des matières sèches, de l’énergie brute et du gras, la hauteur des villosités dans le jéjunum, et la récupération du mannitol et du lactulose par rapport à la diète témoin (P<0,05). Finalement, la concentration sérique en DON chez les porcelets ayant consommé les diètes contaminées au DON était plus élevée que celle des porcelets ayant consommé la diète témoin (P<0,05). Les porcelets ayant consommé le blé contaminé au DON montraient une croissance réduite, possiblement causée par une morphologie jéjunale perturbée et une réduction de la digestibilité de l’énergie et du gras.

Date de modification :