Cordyceps sinensis: Invitro anti-fibrotic bioactivity of natural and cultured preparations.

Yao, X., Meran, S., Fang, Y., Martin, J., Midgley, A., Pan, M.-M., Liu, B.-C., Cui, S.W., Phillips, G.O., et Phillips, A.O. (2014). « Cordyceps sinensis: Invitro anti-fibrotic bioactivity of natural and cultured preparations. », Food Hydrocolloids, 35, p. 444-452. doi : 10.1016/j.foodhyd.2013.06.023  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Selon certains, la préparation végétale chinoise traditionnelle à base de Cordyceps sinensis (CS) pourrait avoir des effets bénéfiques chez les personnes atteintes de maladie rénale. Nous avions déjà montré la bioactivité du CS naturel. Pour satisfaire à la demande croissante, des dérivés du CS ont été produits par culture aseptique de mycéliums. Nos travaux visaient à comparer la bioactivité du CS naturel et de deux produits précis issus de la culture du Cordyceps mycelia, “Jinshuibao Capsule” (Paecilomyces sinensis) et du “Corbrin Capsule” (Hirsutella sinensis). De plus, nous avons examiné le potentiel antifibrotique de ces produits dans deux systèmes cellulaires autres que le système rénal. Les trois préparations ont antagonisé l’activité de la cytokine TGF-β1 profibrotique dans les cellules épithéliales du rein. Nous avons observé de l’activité dans les composantes hydrosolubles brutes ainsi que dans les extraits hydrophile et hydrophobe de chaque préparation, ce qui donne à penser que la bioactivité n’est pas liée à une seule composante du matériel brut. Outre les effets sur les cellules épithéliales du rein, nous avons constaté un effet antagoniste sur l’activation phénotypique des fibroblastes pulmonaires par le TGF-β1, laissant entrevoir une possibilité d’application sur la fibrose d’organes autres que le rein. D’un point de vue mécaniste, les données montrent une antagonisation de l’activation de la voie de signalisation des Smad par le TGF-β1 et, plus particulièrement, de l’induction de l’hyaladhérine TSG-6, qui, comme nous l’avons démontré précédemment, régule la formation de couches péricellulaires d’acide hyaluronique responsables de l’activation cellulaire phénotypique. En résumé, les données obtenues corroborent l’hypothèse selon laquelle le Cordyceps sinensis naturel et les produits issus de la culture du Cordyceps mycelia ont une bioactivité similaire qui pourrait être intéressante dans les cas de fibrose des organes pleins et des dysfonctions qui leur sont associées.

Date de modification :