Quantification of nitrogen inputs from biological nitrogen fixation to whole farm nutrient budgets of two dairy farms in Atlantic Canada.

Nimmo, J., Lynch, D.H., et Owen, J. (2013). « Quantification of nitrogen inputs from biological nitrogen fixation to whole farm nutrient budgets of two dairy farms in Atlantic Canada. », Nutrient Cycling in Agroecosystems, 96(1), p. 93-105. doi : 10.1007/s10705-013-9579-4  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La fixation biologique de l’azote (FBA) par les légumineuses est une importante source d’incertitude dans les bilans d’azote (N) des exploitations agricoles. La présente étude visait à quantifier l’entrée d’azote due à la FBA dans deux bilans d’azote à l’échelle de l’exploitation agricole entière, et à établir une méthode simple et précise pour incorporer ce type d’entrée dans les bilans d’azote des exploitations. Les entrées et les sorties d’azote ainsi que les flux d’azote entre les composantes animales et végétales des exploitations ont été déterminés pour une ferme laitière du Nouveau-Brunswick et une autre de l’Île-du-Prince-Édouard sur une période de deux ans. La méthode fondée sur l’abondance naturelle de 15N a été utilisée pour déterminer le pourcentage d’azote tiré de l’atmosphère par la FBA aux deux sites. Le trèfle rouge (Trifolium pratense) au site de l’Île-du-Prince-Édouard a tiré par FBA 77 % de son azote, et la luzerne cultivée (Medicago sativa) prélevée aux deux sites, 72 %. La quantité totale d’azote tirée de la FBA présente dans la biomasse de légumineuses provenant de cultures fourragères mélangées, mesurée avec la méthode fondée sur l’abondance naturelle de 15N, se situait entre 39 et 116 kg N ha−1 an−1. Un modèle de conversion en matière sèche pour les légumineuses ajusté en fonction du pourcentage d’azote tiré de l’atmosphère et du pourcentage d’azote dans des échantillons de trèfle rouge et de luzerne pour les deux exploitations a été choisi pour estimer les entrées d’azote dues à la FBA provenant de cultures fourragères mélangées aux deux fermes. Les entrées d’azote dues à la FBA moyennées sur l’ensemble de la superficie cultivée de chacune des deux exploitations variaient de 27 à 52 kg N ha−1 an−1. Ces entrées d’azote à la ferme dues à la FBA étaient faibles comparativement à celles mesurées dans d’autres études, possiblement à cause de faibles proportions de légumineuses dans les cultures fourragères considérées. La FBA a fourni de 18 à 29 % des entrées d’azote aux deux fermes. Les excédents d’azote mesurés aux deux exploitations variaient de 98 à 135 kg N ha−1 an−1, valeurs typiques pour les bilans d’azote à l’échelle de l’exploitation entière pour les fermes laitières similaires.

Date de modification :