Determination of off-flavor compounds, 2-methylisoborneol and geosmin, in salmon fillets using stir bar sorptive extraction-thermal desorption coupled with gas chromatography-mass spectrometry.

Ruan, E.D., Aalhus, J.L., Summerfelt, S.T., Davidson, J., Swift, B., et Juárez, M. (2013). « Determination of off-flavor compounds, 2-methylisoborneol and geosmin, in salmon fillets using stir bar sorptive extraction-thermal desorption coupled with gas chromatography-mass spectrometry. », Journal of Chromatography A, 1321, p. 133-136. doi : 10.1016/j.chroma.2013.10.038  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons mis au point une méthode sensible et ne nécessitant pas le recours à des solvants pour le dosage des composés des flaveurs anormales à odeur de moisi et à odeur de terre, le 2-méthylisobornéol (MIB) et la géosmine (GSM), dans les tissus de saumon. Nous avons utilisé l’extraction par sorption à l’aide d’une barre d’agitation – désorption thermique accompagnée d’une chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (SBSE–TD–GCMS). Le MIB et la GSM ont été extraits en phase solide à l’aide de barres d’agitation recouvertes de polydiméthylsiloxane (PDMS). Les extraits ont été analysés par chromatographie en phase gazeuse, puis détectés à l’aide d’un discriminateur de masse en mode balayage complet. Lorsque nous avons utilisé cette méthode, les courbes d’étalonnage du MIB et de la GSM étaient linéaires dans la plage de 0,3–100 ng/L, avec un coefficient de corrélation supérieur à 0,999 et un écart-type relatif inférieur à 4 % (n = 4). La limite de détection (LD, rapport signal-bruit = 3, n = 6) et la limite de quantification (LQ, rapport signal-bruit = 10, n = 6) du MIB et de la GSM étaient de 0,3 et de 1 ng/L environ, respectivement. Les taux de récupération du MIB et de la GSM étaient de 22 % et de 29 % par échantillon enrichi dans les solutions standards de 30 ng/L, et de 23 % et de 30 % par échantillon enrichi dans les solutions standards de 100 ng/L pour les échantillons de tissus de saumon avec une bonne précision (écart-type relatif < 8 %, n = 6), respectivement. Les taux de récupération du MIB et de la GSM étaient meilleurs que ceux qui avaient été signalés dans le cas de méthodes utilisant des fibres (< 10 %) pour la microextraction en phase solide (MEPS) dans des échantillons de tissus de poisson. La présente méthode a permis de suivre et de caractériser des échantillons de filets de saumon dépurés (durant 0, 3, 6 et 10 jours).

Date de modification :