Impact des systémes agricoles à long terme sur la qualité et la productrvité d’un tchernoziom brun foncé dans le sud de l’Alberta.

Smith, E.G., Janzen, H.H., et Larney, F.J. (2015). « Impact des systémes agricoles à long terme sur la qualité et la productrvité d’un tchernoziom brun foncé dans le sud de l’Alberta. », Canadian Journal of Soil Science, 95(2), p. 177-186. doi : 10.4141/CJSS-2014-104  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’étude des systèmes agricoles à long terme aide à mieux cerner les répercussions de la gestion des terres sur la pérennité de l'agriculture. En 1995, les auteurs ont combiné une étude biologique de six ans à une étude sur des assolements à long terme amorcée en 1951, à Lethbridge, en Alberta, en vue de préciser l'impact des anciens systèmes agricoles sur la qualité du sol, le rendement des cultures, la qualité du grain et les liens entre le rendement et la qualité du sol. Les parcelles de 13 assolements à long terme ont toutes été emblavées avec du blé (Triticum aestivum L.) dans le cadre d'une expérience sur bande échantillon [témoin, amendement azoté (N)]. Avant l'ensemencement, on a échantillonné le sol afin d'en déterminer les propriétés chimiques. La production totale de blé des quatre dernières années de l’étude a servi à jauger la productivité. L'analyse du sol réalisée en 1995 indique que les assolements avec jachère moins fréquente et apport d'engrais azoté bénéficient d'un sol de meilleure qualité, comme le révèlent la concentration de carbone organique (COS) ainsi que la fraction légère du carbone (FL-C) et du N (FL-N). Le COS présente une corrélation positive avec le rendement total de blé, mais celle-ci se dissimule dans une large mesure derrière l'application d'engrais N dans l’étude biologique. Une jachère fréquente dans l'assolement antérieur diminue la productivité. La concentration de la FL-C est négativement corrélée au rendement total de blé alors que celle de FL-N y est corrélée de façon positive, avec ou sans amendement azoté dans l’étude biologique. La teneur en N du grain est plus élevée quand on applique un engrais N et quand l'assolement à long terme inclut un apport de N sous forme d'engrais, de fumier, d'engrais vert de légumineuses annuelles ou de foin de légumineuses. Cette étude a permis d’établir que l'imposition de pratiques de gestion à long terme a un effet durable sur la qualité du sol et la productivité des cultures.

Date de modification :