Stability of dicyclohexylamine and fumagillin in honey.

van den Heever, J.P., Thompson, T.S., Curtis, J.M., et Pernal, S.F. (2015). « Stability of dicyclohexylamine and fumagillin in honey. », Food Chemistry, 179, p. 152-158. doi : 10.1016/j.foodchem.2015.01.111  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La fumagilline est couramment utilisée pour lutter contre la nosémose en apiculture. La formulation commerciale du produit est un mélange équimolaire de fumagilline sous forme de sel et de dicyclohexylamine (DCH). Dans le cadre de notre étude, nous avons constaté que la DCH était notablement plus résistante à la dégradation dans le miel que la fumagilline, à l’aide de la technique de chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse en tandem (LC–MS/MS). Les demi-vies observées pour la DCH variaient entre une valeur minimale de 368 jours (entreposage à 34 °C à l’obscurité) et une valeur maximale de 852 jours (entreposage à 21 °C à l’obscurité). Une demi-vie maximale de 246 jours a été observée pour la fumagilline dans des échantillons conservés à l’obscurité à une température de 21 °C. La demi-vie de la fumagilline a été estimée à 3 jours dans le cas d’une exposition à la lumière à 21 °C; la décomposition complète a été observée après 30 jours dans les mêmes conditions. La stabilité de la DCH, combinée à sa génotoxicité et à ses propriétés tumorigènes, en fait un important contaminant potentiel dans le miel destiné à la consommation humaine.

Date de modification :