Host recovery and reduced virus level in the upper leaves after Potato virus Y infection occur in tobacco and tomato but not in potato plants.

Nie, X. et Molen, T.A. (2015). « Host recovery and reduced virus level in the upper leaves after Potato virus Y infection occur in tobacco and tomato but not in potato plants. », Viruses, 7(2), p. 680-698. doi : 10.3390/v7020680  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans la présente étude, nous nous penchons sur le phénomène de récupération survenant dans les plants de tabac (Nicotiana tobaccum), les plants de tomates (Solanum lycopersicum) et les plants de pommes de terre (Solanum tuberosum) après une infection par le virus Y de la pomme de terre (PVY). Dans les plants de tabac, l’infection par des souches du PVY causant une atteinte grave (PVYN ou PVYN:O) a provoqué un éclaircissement manifeste des nervures et une déformation au niveau des trois premières feuilles situées au­dessus des feuilles traitées par inoculation, mais elle a produit des symptômes beaucoup moins importants dans les feuilles du haut. Le phénotype de récupération n’était pas évident chez les plants de tabac infectés par la souche du PVY causant des symptômes légers (PVYO). Cependant, une diminution des taux d’ARN du PVY a été observée dans les feuilles du haut de toutes ces plantes, peu importe la souche virale inoculée. Le retrait des trois premières feuilles situées au­dessus des feuilles traitées par inoculation a nui à la récupération, ce qui donne à penser que le ou les signaux qui médient la récupération sont produits dans ces feuilles. Dans les plants de tabac infectés par le PVYN ou le PVYN:O, mais non dans ceux infectés par le PVYO, l’expression des transcrits de la PR­1a était corrélée au degré d’accumulation de l’ARN du PVY. Une diminution des taux d’ARN du PVY dans les feuilles du haut a également été observée dans les plants de tomates infectés, mais non dans les plants de pommes de terre. De petits ARN issus du PVY ont été décelés dans les plants de tabac et de pommes de terre, et leur accumulation était corrélée avec les taux d’ARN du PVY. Nos résultats montrent que le phénotype de récupération qui se manifeste après une infection par le PVY est spécifique de l’hôte et qu’il n’est pas nécessairement associé à l’expression de PR­1a ou à la production de petits ARN du PVY.

Date de modification :