Genotypic and Phenotypic characterization of Staphylococcus aureus causing persistent and non-persistent subclinical bovine intramammary infections during lactation or the dry period.

Veh, K.A., Klein, R.C., Ster, C., Keefe, G., Lacasse, P., Scholl, D., Roy, J.-P., Haine, D., Dufour, S., Talbot, B.G., Ribon, A.O.B., et Malouin, F. (2015). « Genotypic and Phenotypic characterization of Staphylococcus aureus causing persistent and non-persistent subclinical bovine intramammary infections during lactation or the dry period. », Journal of Dairy Science (JDS), 98(1), p. 155-168. doi : 10.3168/jds.2014-8044  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Staphylococcus aureus est un pathogène qui cause souvent des infections intramammaires (IIM) chez les vaches laitières. Dans ces travaux, nous avons comparé des caractéristiques génotypiques et phénotypiques de 285 souches provenant du lait des quartiers de vaches atteintes d’IIM subcliniques persistantes et non persistantes, d’un bout à l’autre du Canada. Nous avons utilisé le nombre de répétitions en tandem pour déterminer la persistance d’une souche de S. aureus dans 3 échantillons consécutifs de lait prélevés à intervalles de 3 semaines durant la lactation ou avant et après le tarissement. Tous les premiers isolats des séries ont servi de souche représentative des IIM persistantes et ont été comparés aux souches des IIM non persistantes en ce qui a trait à la présence des gènes seg, sen, sec, tst et spa. Nous avons également vérifié la production de biofilm in vitro et quantifié l’expression du gène hld de l’ARNIII. Le gène seg était associé à une réduction de la probabilité que la bactérie cause une IIM persistante durant la lactation. Les souches qui ont persisté tout au long de la période sèche ont produit significativement plus de biofilm in vitro que celles qui n’ont pas persisté après le vêlage. Nous avons également montré que les souches chez lesquelles le gène hld était plus exprimé avaient tendance à ne pas persister durant la lactation ou la période sèche. Trois types spa étaient prédominants : t529, t267 et un nouveau type, t13401). Chez les souches étudiées, le type spa tbl 2645 était le plus fréquent, et 97,0 % des souches de ce type possédaient les gènes sen et seg. Les souches du type spa tbl 2645 avaient moins tendance à causer une IIM persistante durant la période sèche. La plupart (86,7 %) des souches du nouveau type spa (t13401) ne possédaient pas les gènes seg et/ou sen et produisaient significativement moins de biofilm in vitro que les types tbl 2645 et t267. Cette étude nous a permis d’étendre nos connaissances sur les caractères génotypiques et phénotypiques des souches de S. aureus isolées d’IIM persistantes et non persistantes de vaches élevées au Canada.

Date de modification :