Differential Regulation of Superoxide Dismutase Activity in Selected Strawberry Lines Exposed to Mycosphaerella fragariae.

Wang, Y., Moidu, H., Charles, M.T., Dubé, C., et Khanizadeh, S. (2015). « Differential Regulation of Superoxide Dismutase Activity in Selected Strawberry Lines Exposed to Mycosphaerella fragariae. », Journal of Plant Studies (JPS), 4(1), p. 30-41. doi : 10.5539/jps.v4n2p30  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons examiné l’effet de l’infection des feuilles du fraisier par le champignon Mycosphaerella fragariae sur l’activité des superoxyde dismutases (SOD) et sur l’induction des isozymes de SOD dans des conditions contrôlées. Pour ce faire, nous avons utilisé quatre cultivars de fraisiers : Kent (HS, hautement sensible), Joliette (HR, hautement résistant) et deux lignées de sélection avancées : SJ8976-1 et APF029-4 (MR, modérément résistantes). Nous avons examiné la morphologie des conidies du M. fragariae cultivé sur gélose de feuilles de fraisier (GFF) à différents stades de développement ainsi que les signes d’infection des feuilles après l’inoculation. L’inoculation des feuilles de fraisier avec M. fragariae a augmenté la teneur en protéines et l’activité des SOD chez les quatre cultivars. Dans tous les cas, l’activité des SOD a augmenté dès le premier jour suivant l’inoculation, a atteint un sommet 2 jours après l’inoculation et a diminué lentement par la suite. Deux jours après l’inoculation, l’activité des SOD chez les cultivars Joliette, SJ8976-1 et APF029-4 était de 4376, 4433 et 4283 U g-1 de poids frais, respectivement, et elle était significativement plus faible chez le cultivar Kent (3656 U g-1 de poids frais). Les profils électrophorétiques des cultivars révèlent deux nouvelles izozymes synthétisées chez le Joliette et le SJ8976-1, (Rf = 0,31 et 0,34), lesquelles seraient associées à la résistance aux taches communes.

Date de modification :