Inheritance of maize resistance to Gibberella and Fusarium ear rots and kernel contamination with deoxynivalenol and fumonisins.

Butrón, A., Reid, L.M., Santiago, R., Cao, A., et Malvar, R.A. (2015). « Inheritance of maize resistance to Gibberella and Fusarium ear rots and kernel contamination with deoxynivalenol and fumonisins. », Plant Pathology, 64(5), p. 1053-1060. doi : 10.1111/ppa.12351  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Avec ces travaux, nous avons examiné la stabilité du contrôle génétique de la résistance du maïs au Fusarium graminearum et au Fusarium verticillioides ainsi qu’à la contamination par les mycotoxines chez des génotypes d’origines diverses adaptés à des environnements différents. Ces connaissances aideront à concevoir des plans de sélection permettant de réduire la teneur en mycotoxines dans un vaste éventail d’environnements. Même si les processus génétiques de résistance du maïs à la fusariose et aux mycotoxines dépendent beaucoup de l’environnement, les effets additifs et de dominance se sont révélés prédominants dans la plupart des environnements. La stabilité de la résistance à la fusariose et à la contamination par le désoxynivalénol et la fumonisine s’est avérée précaire, et les cibles recommandées des programmes de sélection diffèrent selon l’espèce de Fusarium, en raison des différences spécifiques entre la nature de l’effet génétique × interactions environnementales. En général, la classification des lignées pures et des hybrides selon leur niveau de résistance était semblable dans tous les environnements, ce qui semble indiquer que les mêmes sources de résistance pourraient convenir à différents environnements, et que la sélection en fonction de la résistance à une espèce influerait sur la résistance à l’autre espèce.

Date de modification :