Biodegradation of Prions in Compost.

Xu, S., Reuter, T.R., Gilroyed, B.H., Mitchell, G., Price, L.M., Dudas, S., Braithwaite, S.L., Graham, C., Czub, S., Leonard, J.J., Balachandran, A., Neumann, N.F., Belosevic, M., et McAllister, T.A. (2014). « Biodegradation of Prions in Compost. », Environmental Science & Technology, 48(12), p. 6909-6918. doi : 10.1021/es500916v  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le compostage peut s’avérer pratique et économique pour éliminer le matériel à risque spécifié (MRS) ou les cadavres d’animaux potentiellement infectés par des prions d’encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST). Dans cette étude, nous avons examiné la dégradation des prions associés à la tremblante (PrP263K), à la maladie débilitante chronique (PrPMDC) et à l’encéphalopathie spongiforme bovine (PrPESB) dans des composteurs à l’échelle du laboratoire et la dégradation de la PrP263K dans des tas de compost à l’échelle d’une exploitation. Le transfert de Western a montré qu’après 28 jours dans un composteur à l’échelle du laboratoire, les quantités de PrP263K, de PrPMDC et de PrPESB ont diminué respectivement d’au moins 2 log10, 1 à 2 log10 et 1 log10. L’amplification cyclique des protéines anormales (PMCA, pour Protein Misfolding Cyclic Amplification) a confirmé la réduction de 2 log10 des PrP263K et de 3 log10 des PrPMDC. L’ajout, au compost, de kératine de plumes pour enrichir la population de microorganismes protéolytiques a permis d’améliorer la dégradation des PrP263K et PrPMDC. Dans le compostage à l’échelle d’une exploitation, nous avons exposé des billes en acier inoxydable couvertes de PrP263K aux conditions de compostage et en avons retiré périodiquement pour les soumettre à des essais biologiques chez le hamster doré. Après 230 jours de compostage, seul un hamster sur cinq a succombé à une EST, laissant supposer une réduction d’au moins 4,8 log10 dans l’infectiosité des PrP263K. Nos résultats montrent que le compostage réduit la quantité de PrPEST, de manière à ce qu’il reste une dose infectieuse à 50 % (ID50) dans chaque 5600 kg de compost final devant être appliqué sur les terres. Ainsi, le compostage peut s’avérer efficace pour l’élimination du MRS.

Date de modification :