Effects of barley-based diets with 3 different rumen-degradable protein balances on performance and carcass characteristics of feedlot steers.

Damiran, D., Preston, N., McKinnon, J.J., Jonker, A., Christensen, D.A., McAllister, T.A., et Yu, P. (2014). « Effects of barley-based diets with 3 different rumen-degradable protein balances on performance and carcass characteristics of feedlot steers. », Professional Animal Scientist, 30, p. 432-433. doi : 10.15232/pas.2014-01309  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Notre expérience visait à déterminer l’effet de la variation du bilan des protéines alimentaires dégradables (BPD) dans le rumen sur la performance des bovins de finition. Nous avons réparti des bouvillons d’un an de race croisée (n = 300; 460 ± 26 kg) dans 12 enclos (25 bouvillons/enclos) et leur avons donné des rations de finition à base de grain d’orge avec les bilans suivants de protéines dégradables dans le rumen : négatif (−12 g/kg de matière sèche [MS]); neutre (0 g/kg de MS); positif (14 g/kg de MS). La ration au BPD négatif contenait 88,3 % de grain d’orge et 4,7 % d’ensilage d’orge. Dans les rations aux BPD neutre et positif, 11 et 22 %, respectivement, du grain d’orge ont été remplacés par des drêches séchées de la distillerie du blé avec solubles. L’augmentation du BPD de la ration a entraîné une augmentation linéaire (p < 0,05) de la concentration de la plupart des éléments nutritifs, à l’exception de celle de l’amidon, qui a connu une diminution linéaire (p < 0,05). Avec l’augmentation du BPD, l’étendue de la dégradabilité ruminale a diminué (p < 0,05) pour la matière organique (73,9 à 69,5 %) et les protéines brutes (74,3 à 68,6 %), mais pas (p > 0,05) pour l’amidon (88,3 ± 1,36 %), alors que l’apport en protéines dans l’intestin grêle (78,8 à 91,2 g/kg de MS) a augmenté (p < 0,05). Tout au long des 131 jours de finition, les paramètres suivants étaient semblables (p > 0,05) : consommation de matière sèche (11,6 ± 0,20 kg/jour); gain de poids quotidien moyen (1,8 ± 0,01 kg/jour); indice de consommation (0,16 ± 0,01); poids corporel (677,8 ± 0,58 kg); poids de la carcasse chaude (397,5 ± 3,40 kg); pourcentage d’habillage (58,6 ± 0,47 %); qualité de la carcasse et rendement boucher. En conclusion, lorsque les rations étaient formulées pour satisfaire aux exigences nutritives ou les dépasser pour une performance donnée, la variation du BPD de −12 à 14 g/kg n’a pas eu d’effet important sur la performance des animaux ni sur les caractéristiques de la carcasse.

Date de modification :