Effects of grain source and marginal change in lucerne hay particle size on feed sorting, eating behaviour, chewing activity, and milk production in mid-lactation Holstein dairy cows.

Nasrollahi, S.M., Ghorbani, G.R., Khorvash, M., et Yang, W.-Z. (2014). « Effects of grain source and marginal change in lucerne hay particle size on feed sorting, eating behaviour, chewing activity, and milk production in mid-lactation Holstein dairy cows. », Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 98(6), p. 1110-1116. doi : 10.1111/jpn.12185  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans la présente étude, nous avons examiné les effets du type de grain et de la longueur des particules de foin de luzerne (FL) sur le comportement alimentaire, la mastication et la production de lait chez des vaches laitières en lactation. Nous avons utilisé huit vaches laitières Holstein (175 ± 21 jours de lactation) dans un plan en carré latin 4 × 4 répété avec quatre périodes de 21 jours. Pour l’expérience, nous avons eu recours à un dispositif factoriel 2 × 2 des traitements composés de grains d’orge seulement ou d’un mélange de grains d’orge et de grains de maïs, combinés à du FL court (15 mm) et du FL long (30 mm). Les rations ont été données à volonté sous forme de ration totale mélangée, selon un rapport concentré sur fourrage de 60 sur 40. Les interactions entre le type de grain et la longueur des particules de FL en rapport avec la répartition des particules d’aliments, l’indice de tri, la mastication et la production de lait ont été minimales. Le remplacement partiel des grains d’orge par du maïs dans la ration n’a pas changé, dans l’ensemble, la répartition diurne des particules retenues dans les tamis du séparateur de particules Penn State, mais il a réduit la proportion de particules sur le tamis 1,18 et augmenté celle des particules dans le bac (p < 0,05). Le type de grain n’a eu aucun effet sur l’indice de tri ni sur la mastication. Cependant, le FL long a augmenté (p < 0,01) l’ingestion des longues particules retenues dans les tamis de 19 et de 8 mm, prolongé (p < 0,05) la durée d’alimentation et diminué la vitesse d’alimentation (p < 0,05). Fait intéressant à signaler, les vaches ayant reçu du FL long ont mangé plus de grosses particules durant la période critique suivant la distribution des aliments (c.‑à‑d. 1,5 h), où la durée d’alimentation a augmenté et la vitesse d’alimentation a diminué (p < 0,05). Accroître la longueur des particules du FL alimentaire a eu tendance à augmenter (p = 0,08) le rapport gras sur protéines du lait. Nos résultats donnent à penser que la durée d’alimentation accrue et la vitesse d’alimentation réduite découlant de l’augmentation marginale de la longueur des particules de FL seraient bénéfiques pour atténuer la baisse du pH ruminal et du pourcentage de gras du lait après l’ingestion de rations hautement fermentescibles.

Date de modification :