Proteomics of effector-triggered immunity (ETI) in plants.

Hurley, B., Subramaniam, R., Guttman, D.S., et Desveaux, D. (2014). « Proteomics of effector-triggered immunity (ETI) in plants. », Virulence, 5(7), p. 752-760. doi : 10.4161/viru.36329  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Au début, l’immunité déclenchée par des effecteurs (ETI, pour Effector-Triggered Immunity) a été appelée résistance gène pour gène, terme qui remonte aux années 1940 et aux observations de Harold Henry Flor qui étudiait la résistance du lin au champignon de la rouille. Depuis, la génétique et la biochimie ont permis de définir comment les protéines de « résistance » des plantes reconnaissent les effecteurs microbiens. Récemment, la protéomique a élargi notre perspective du paysage protéique durant l’immunité déclenchée par des effecteurs et notre compréhension mécaniste de la signalisation dans ce type d’immunité. Nous présentons ici un aperçu des techniques de protéomique générales et ciblées qui ont été utilisées dans l’étude de l’immunité déclenchée par des effecteurs chez les plantes. Nous expliquons également les défis liés à ce domaine d’étude et apportons des exemples tirés de la littérature qui montrent l’utilité de la protéomique dans la recherche sur l’ETI.

Date de modification :