Evaluating the cost implications of radio frequency identification feeding system for early detection of bovine respiratory disease in feedlot cattle.

Wolfger, B., Manns, B., Barkema, H.W., Schwartzkopf-Genswein, K.S.G., Dorin, C., et Orsel, K. (2015). « Evaluating the cost implications of radio frequency identification feeding system for early detection of bovine respiratory disease in feedlot cattle. », Preventive Veterinary Medicine, 118(4), p. 285-292. doi : 10.1016/j.prevetmed.2014.12.001  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

De nouvelles technologies pour repérer les bovins d’engraissement atteints d’une maladie aux premiers stades de celle-ci ont été élaborées afin de réduire les coûts et les impacts sur le bien-être associés aux maladies respiratoires bovines (MRB). La valeur économique de la détection précoce d’une MRB n’a toutefois jamais été évaluée. Notre objectif était de simuler les écarts de coûts entre deux méthodes de détection des MRB, à savoir l’utilisation d’un système d’enregistrement automatisé (SEA) du comportement alimentaire et la vérification dans l’enclos (évaluation visuelle confirmée par la température rectale), qui constitue actuellement la norme au sein de l’industrie. Les deux méthodes ont été appliquées à des parcs de moyenne à grande taille durant les 61 premiers jours d’engraissement (JE). Les conséquences économiques ont été évaluées au moyen d’une analyse des coûts dans un modèle de décision simple. Des scénarios ont été modélisés pour des parcs d’engraissement du Canada et des États-Unis où les bovins étaient à risque élevé ou faible, et l’incertitude a été estimée à l’aide d’analyses de sensibilité étendues. Le coût des intrants et les probabilités ont principalement été tirés d’observations publiques du marché et d’une étude à grande échelle sur les parcs d’engraissement aux États-Unis. Dans le scénario de base, nous avons modélisé des bovins à risque élevé et un taux de traitement de 20 % durant les 61 premiers JE dans un parc contenant > 8000 bovins au Canada. Nous avons estimé que la détection précoce des MRB avait pour effet un risque relatif de nouveau traitement de 0,60 et de mortalité de 0,66 par rapport à la vérification dans l’enclos (d’après les estimations publiées auparavant). Le coût additionnel de la surveillance de la santé avec un SEA était de 13,68 $ CA par bouvillon. Les analyses de scénarios pour les parcs d’engraissement de taille similaire aux États-Unis et les bovins à faible risque avec un taux de traitement de 8 % ont été incluses pour tenir compte de la variabilité des coûts et des probabilités selon les diverses populations bovines. Si on tient compte du coût de la surveillance, de tous les traitements appropriés et du prix de vente, l’utilisation d’un SEA coûtait 9,61 et 9,69 $ CA de plus par animal au Canada et aux États-Unis, respectivement, que le recours à l’évaluation visuelle, durant les 61 premiers JE. Cet écart augmentait et passait à 12,45 $ CA chez les bovins à faible risque au Canada. La détection hâtive des MRB au moyen d’un SEA devenait moins coûteuse si les coûts du système passaient à moins de 4,06 $ CA/bouvillon, ou si la véritable fréquence sous-jacente des MRB (et non le taux de traitement) dépassait 47 % au cours des 61 premiers JE. Le modèle tolérait bien la variabilité pour le reste des variables d’entrée. Certaines hypothèses des analyses de base étaient prudentes et peuvent avoir conduit à une sous-estimation de la valeur réelle de la détection précoce des MRB. Des systèmes tels qu’un SEA peuvent réduire les coûts de traitement dans certains scénarios, mais il reste que les coûts d’investissement sont actuellement trop élevés pour que de tels systèmes soient rentables lorsqu’ils ne sont destinés qu’à la détection des MRB, si on fait une comparaison avec la vérification dans l’enclos.

Date de modification :