Modification of Campylobacter jejuni broiler colonization by a feed additive composed of encapsulated organic acids and essential oils.

Thibodeau, A., Fravalo, P., Gauthier, R.P., Guévremont, É., Bergeron, N., Laurent-Lewandowski, S., Quessy, S., Boulianne, M., et Letellier, A. (2014). « Modification of Campylobacter jejuni broiler colonization by a feed additive composed of encapsulated organic acids and essential oils. », Journal of Agricultural Science and Technology A, 4, p. 853-864. doi : 10.17265/2161-6256/2014.10.008  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude visait à évaluer l’effet d’un nouvel additif pour les aliments des animaux d’élevage sur la colonisation de l’intestin du poulet et la contamination de la carcasse par Campylobacter jejuni. L’additif était composé d’acides organiques et d’huiles essentielles (AO‑HE) microencapsulés et provenait de chez Jefo Nutrition Inc., Saint-Hyacinthe, Québec, Canada. Des poussins d’un jour ont été répartis dans deux salles où ils ont été subdivisés en deux groupes. Dans chacune des deux salles, un seul des groupes a reçu l’additif AO‑HE jusqu’à l’âge de 35 jours. À 14 jours, les poulets ont reçu une suspension orale de C. jejuni, dont la souche bien caractérisée variait selon la salle. Les concentrations de C. jejuni dans le cæcum et sur les carcasses ont été mesurées périodiquement. La colonisation par C. jejuni a été caractérisée plus en détail par l’analyse haute résolution des courbes de fusion du gène flaA (HRM-flaA) des souches. L’effet de l’additif alimentaire s’est révélé tributaire de la souche. Dans la salle 2, l’additif alimentaire n’a eu aucun effet sur le nombre de C. jejuni dans le cæcum. Dans la salle 1, les comptes de C. jejuni dans le cæcum des poulets de 35 jours étaient plus élevés chez ceux qui avaient reçu l’additif AO‑HE, contrairement aux carcasses, sur lesquelles les comptes étaient moins élevés chez les animaux traités. L’analyse HRM-flaA a révélé un profil d’amplification dominant chez les oiseaux de 35 jours de la salle 1 qui avaient reçu l’additif AO‑HE, ce qui laisse supposer une sélection de la souche de C. jejuni. En conclusion, les AO‑HE ont semblé efficaces pour réduire les quantités de C. jejuni, mais il s’agirait d’un effet tributaire de la souche.

Date de modification :